RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Bruxelles s'interroge: comment conserver l'ex-siège de la Gestapo?

Le 347 de l’avenue Louise a abrité durant la seconde guerre mondiale le siège de la Gestapo.
11 oct. 2013 à 07:18Temps de lecture1 min
Par OPPENS Xavier Van

Deux immeubles privés, les 347 et 453 de l’avenue Louise, abritaient, pendant la guerre, le siège bruxellois de la gestapo, la police secrète du IIIe Reich. Des juifs et des résistants ont été enfermés et torturés dans les caves. Certains y ont laissé sur les murs le témoignage de leur passage, de leurs espoirs ou de leur détresse.

Comme d'autres la députée cdH Julie De Groote voudrait préserver ce lieu de mémoire. Mais comment procéder? "On lance la procédure de classement des caves ou bien on risque de passer les graffites (qui sont notre mémoire collective) à la chaux."

Jusqu'à présent, toutes les tentatives d'accord avec les propriétaires des immeubles concernés ont échoué. La réponse du ministre-président Rudi Vervoort a plutôt surpris agréablement Julie De Groote. "Il n’y a pas été de main morte puisqu’il a même dit qu’il pourrait envisager – sans le proposer tel quel – une expropriation. Je pense que ce n’est pas simple ; mais cela montre son émotion par rapport à cette volonté de garder notre mémoire collective."

Un moulage et une reproduction des graffitis restent sans doute la solution la plus praticable. Avec un peu de bonne volonté de la part des propriétaires.

Philippe Carlot

Sur le même sujet

A l'avenue Louise, les caves de la gestapo sont intactes

Regions

Articles recommandés pour vous