Bruxelles : le dispositif anti-SDF porte d’Anderlecht est illégal et ne sera pas autorisé par la Région

Des plaques en plexiglas bloquent l’accès aux deux pavillons et empêchent les SDF de s’y abriter.
23 mai 2021 à 09:32Temps de lecture3 min
Par K. F.

Les plexiglas qui empêchent les sans-abri de s’abriter sous les pavillons d’octroi de la porte d’Anderlecht, sur le territoire de la Ville de Bruxelles, ne seront pas autorisés. Ils sont illégaux, indique le secrétaire d'Etat régional en charge du Patrimoine, Pascal Smet (One. brussels/Vooruit). Illégaux, parce qu’installés sur des édifices classés, érigés entre 1835 et 1836. De style néoclassique d’ordre toscan, les deux pavillons marquent les anciennes limites de Bruxelles. Aujourd’hui, ils constituent notamment l’entrée du Musée des égouts.

L’affaire des douchettes anti-sans-abri

Ce quartier, marquant le début de la chaussée de Mons, est connu pour sa concentration importante de sans-abri. Y sont présentes des familles roms qui ont pu, à une époque, trouver refuge autour et dans ces pavillons. Une solution comme une autre.

Mais qui n’a jamais plu à la Ville de Bruxelles. En 2017, un système d’arrosage est mis en place à l’entrée des pavillons. Des douchettes suspendues placées dans le but, officiellement, d’arroser les bacs à fleurs de manière automatique, sans intervention humaine. Les associations d’accueil des sans-abri n’y croient pas une minute et dénoncent un système anti-SDF. La polémique grandit. La Ville reconnaît l’objectif caché. Le dispositif est démantelé.

Fin 2019, nouvelle idée de la Ville de Bruxelles : le placement de vitrines en PVC autour des pavillons d’octroi. "Il y a, devant les bâtiments, des façades à péristyle, c’est-à-dire des colonnades portant le toit et formant une sorte de porche monumental. Ces péristyles posaient problème à la ville car les SDF s’y abritaient", explique Pascal Smet, dans une réponse écrite à la députée régionale Farida Tahar (Ecolo). Ce dispositif a même eu les honneurs, en France, de la Fondation Abbé Pierre, qui l’a nommé dans ses Pics d’or 2020. Ces prix, un brin ironiques, récompensent les pires aménagements anti-SDF dans l’espace public.

Loading...

Le hic de cet aménagement : les deux pavillons sont classés. L’installation de ces plexis nécessite donc une demande de permis d’urbanisme. La Ville n’en a pas introduite.

"Je veux être clair", indique le secrétaire d'Etat Pascal Smet. "L’installation est illégale, sur un bien classé. Contact a donc été pris pour remédier à la situation."

Entre-temps, la Ville a introduit une demande de permis pour régulariser la situation. "L’avis de la Commission royale des Monuments et Sites est attendu par Urban.brussels (NDLR : l’administration régionale de l’urbanisme et du patrimoine) avant de décider, mais cela ne fait pas beaucoup de doutes. Ce n’est pas une bonne solution. Nous n’allons pas autoriser ce dispositif et nous allons demander son retrait à l’issue de la procédure de permis d’urbanisme." Un camouflet de plus en prévision pour la Ville de Bruxelles.

Le squat de cet espace n’est pas satisfaisant

Reste le débat autour de l’accueil des sans-abri. "Personne ne devrait vivre dans la rue. C’est une position de départ et de principe", reconnaît Pascal Smet. "Nous sommes à quelques centaines de mètres des logements du Samusocial. […] Le sans-abrisme est une matière complexe et on ne peut pas obliger des citoyens à s’abriter pour la nuit."

"C’est aussi une réalité", ajoute-t-il, "le squat de cet espace n’est pas satisfaisant, ni pour le propriétaire, ni pour le patrimoine, qui n’a pas été conçu pour servir de logement."

Bref, une solution médiane est nécessaire. Pascal Smet promet aux parlementaires inquiets un dialogue alliant protection du patrimoine et accueil des sans-abri dans la ville.

Arrosage polémique à la Porte d’Anderlecht : deux associations dénoncent « une douche anti-SDF »

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En 2018, le collectif "Design for everyone" décidait d’adapter ce mobilier urbain anti-SDF présent à Bruxelles et le rendant finalement accessibles aux personnes dans la rue.

Le collectif "Design for everyone" adapte le mobilier urbain "anti-SDF"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Orig-Ami met à disposition des tentes en carton pour les SDF

Bruxelles Matin

Articles recommandés pour vous