Regions

Bruxelles: hommes et femmes, inégaux sur le marché du travail

RTBF
15 sept. 2010 à 07:53Temps de lecture2 min
Par RTBF

La participation des femmes au marché du travail est beaucoup plus faible à Bruxelles, que dans les deux autres Régions. "La situation à Bruxelles est plus difficile qu'ailleurs, explique Stéphane Thys, responsable de l'Observatoire bruxellois de l'Emploi. Dans sa globalité, ça vaut pour les hommes comme pour les femmes. Mais quand on s'intéresse spécifiquement à l'évolution de l'emploi féminin, on constate malgré tout que la participation des femmes, donc des Bruxelloises, au marché de l'emploi reste extrêmement faible."

A Bruxelles, 63% des hommes travaillent, pour seulement 48% chez les femmes. Deux groupes de femmes sont particulièrement touchées par un niveau d'emploi très faible: les femmes peu qualifiées et d'origine étrangère. Une femme non qualifiée et d'origine étrangère travaille dans 25% des cas seulement. "Sur quatre femmes en âge de travailler à Bruxelles, étrangères et peu qualifiées, vous en avez une, effectivement, à l'emploi, déclare Stéphane Thys. Pour trois qui sont tantôt dans l'inactivité - qui sont mères au foyer et ne sont pas demandeuses d'emploi -, ou, dans d'autres cas, qui sont effectivement chômeuses indemnisées."

Autre observation : le fait d'avoir un enfant est un frein à l'emploi pour les femmes. Le taux d'emploi diminue en effet dès le premier enfant. Alors qu'en Wallonie et en Flandre, ce n'est vrai qu'à partir du troisième. Cela s'explique notamment par le manque de places dans les structures d'accueil.

Entre sous-représentation et sous-rémunération

Ces difficultés d'accès au travail ne constituent pas le seul handicap des femmes, à Bruxelles. Une fois au boulot, on constate aussi des sous représentations féminines dans les postes hiérarchiques. "C'est variable, mais on a en moyenne à peu près 10% de femmes présentes dans les conseils d'administration du secteur privé", relate Stéphane Thys.

Plus le niveau de fonction est élevé plus la proportion de femmes diminue. Un exemple? Les métiers de l'enseignement. "Plus vous montez dans les niveaux d'enseignement, plus la proportion de femmes tend à diminuer, précise le responsable de l'Observatoire. Parmi les profs d'université en Communauté française, vous avez infiniment moins de personnel féminin que dans l'enseignement primaire."

Et dans le cas où les hommes et les femmes sont à un même poste, et disposent d'un même niveau de qualification, alors c'est le salaire qui n'est pas le même. "Même si dans ce pays l'adage dit que 'à travail égal, salaire égal', ça ne se vérifie pas pour les femmes, reconnaît Stéphane Thys. On sait qu'il y a une disparité salariale, où à compétence égale pour emploi identique, une femme gagne en moyenne 15% de moins à Bruxelles, qu'un homme."

Un écart de salaires inexpliqué entre les hommes et les femmes, qui reste pourtant moins important que dans les deux autres Régions du pays. Toutes ces inégalités sont d'autant plus marquées que le bagage scolaire des femmes est en moyenne plus important que celui des hommes sur le marché de l'emploi bruxellois.

 

B. Boulet et N. Nahjari

Sur le même sujet

Les 85 plus riches ont autant que les 3,5 milliards plus pauvres

Articles recommandés pour vous