RTBFPasser au contenu

Medias

Bruxelles accueille les rencontres mondiales du logiciel libre

Bruxelles accueille les rencontres mondiales du logiciel libre
07 juil. 2013 à 15:431 min
Par Jean-Claude Verset

Plusieurs stands sont présents pour expliquer aux passants ce que sont les logiciels libres. Notamment pour détruire le préjugé qui veut que comme le logiciel libre est souvent gratuit, il est "forcément moins bien".

Le principe est simple: le logiciel libre n’appartient pas à un individu, mais à la communauté de ses développeurs. Son usage et sa copie sont libres (de droits), mais rien n’interdit à un individu ou à une entreprise de se faire rémunérer pour son installation ou sa maintenance chez un client.

"On ne peut pas comparer les mondes matériel et immatériel"

Pour Nicolas Pettiaux, l'organisateur de ces rencontres, le "libre" est aussi efficace que le "propriétaire". "Les biens de consommation normaux, comme une tomate ou une voiture sont des objets que l’on ne peut pas nécessairement reproduire sans entraîner des coûts de fabrication. Avec le logiciel, ce n’est pas du tout le cas, on ne peut pas comparer le monde du matériel avec le monde de l’immatériel, comme le logiciel et la musique. On peut les partager à l’infini sans nuire à personne ". Selon lui, ce n’est pas parce qu’on partage un logiciel à l’infini que l’on n’est pas rémunéré pour ce logiciel. "Si je participe pour 10% au développement d’un logiciel et que je le donne à 10 ou 100 personnes et qu’elles font la même chose, pour le prix d’un dixième du logiciel j’ai accès à son entièreté. Et si tout le monde fait cela, on n’obtient … Wikipedia."

Ces rencontres reprenaient ce dimanche Place de la Monnaie de 10 à 18 heures. Ensuite, elles se poursuivront par un cycle de conférences, la semaine prochaine, à l'ULB.

Geoffroy Fabré

Articles recommandés pour vous