RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Amérique du Sud

Brésil : une photo et une famille de chiffonniers change de vie

Gabriel Silva, un adolescent brésilien tient le sapin de Noël qu'il a découvert dans une décharge publique le 8 novembre 2021 à Pinheiro, dans l'Etat de Maranhao, au Brésil
14 mars 2022 à 19:07Temps de lecture2 min
Par AFP

La photo iconique d'un adolescent brésilien avec un sapin de Noël au milieu d'une décharge a suscité un élan de solidarité tel que la famille de Gabriel Silva a pu réaliser son rêve d'acheter une maison.

Immortalisée par le collaborateur de l'AFP Joao Paulo Guimaraes, l'image de l'adolescent noir de 13 ans ramassant l'arbre vert en plastique au milieu des vautours et des monticules d'une décharge de détritus à Pinheiro, dans l'Etat du Maranhao (nord-est), a ému tout le Brésil.

Juste avant les fêtes de fin d'année, elle symbolisait la détresse de millions de familles plongées dans une misère qui a gagné du terrain avec la crise du coronavirus.

"Je suis très content. Avant, on habitait dans une maison en pisé, sans confort. Maintenant, nous avons une belle maison", dit à l'AFP cet adolescent qui passe chaque jour de longues heures avec sa mère à ramasser des déchets recyclables dans la décharge après l'école.

Cagnotte en ligne

Dans leur ancienne mansarde, il vivait avec sa mère et ses trois frères à même le sol, sur la terre battue. De l'intérieur, on apercevait le ciel par l'espace entre le mur et le toit de chaume.

Grâce à la diffusion de la photo avec le sapin de Noël, des cagnottes en ligne ont rapporté l'argent nécessaire pour acheter une maison en dur.

"Je n'imaginais pas que cette photo allait déclencher tout ça. Ça m'a surpris", admet Gabriel Silva, très fier d'avoir sa propre chambre dans sa nouvelle demeure.

Dans cette maison achetée il y a quelques semaines, la famille dispose à présent de trois chambres, une cuisine séparée et un garage.

Avant, il fallait aller chercher de l'eau loin avec un seau pour se laver"

"Et surtout, l'électricité, l'eau courante et une vraie douche", souligne sa mère Maria Francisca Silva, 45 ans. "Avant, il fallait aller chercher de l'eau loin avec un seau pour se laver", rappelle-t-elle.

Plus de 2.000 personnes ont contribué à la cagnotte, permettant de rassembler 80.000 réais (environ 14.000 euros). Selon Mme Silva, la maison a coûté 49.000 réais et "il ne reste plus qu'à poser le carrelage et à acheter quelques meubles".

À présent, Gabriel Silva espère réaliser un autre rêve: "devenir footballeur professionnel".

Selon l'institut de statistiques IBGE, 24,1% des 213 millions de Brésiliens vivaient sous le seuil de pauvreté en 2020.

L'Etat du Maranhao, où vit la famille Silva, est celui qui compte le plus haut pourcentage de personnes vivant dans un état de pauvreté extrême, d'après un rapport de l'ONU datant de 2019 (près de 20%).

Sur le même sujet

Coronavirus au Brésil : São Paulo lève l'état d'urgence sanitaire après deux ans

Coronavirus

Brésil : déforestation record en Amazonie pour un mois de février

Environnement

Articles recommandés pour vous