RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Brabant wallon: une pétition contre les limitations des téléconsultations médicales prend de l’ampleur

Brabant wallon : une pétition contre les limitations des téléconsultations médicales prend de l’ampleur
02 mars 2022 à 10:55Temps de lecture1 min
Par Cathy Massart avec Jean-Claude Hennuy et Olivier Badart

Cette pétition, qui part du Brabant wallon, est intitulée "Non à la limitation des téléconsultations médicales !".

Il est vrai que, depuis la crise sanitaire, de nombreuses personnes ont consulté leur médecin sans se déplacer de chez elles, par téléphone ou par vidéo conférence.

Un projet pour limiter le système de télémédecine

Á l’avenir, pour l’INAMI, le maximum annuel par patient serait de 4 téléconsultations par téléphone et 4 par visioconférence avec un ticket modérateur de 1 euro. Ce qui ne plaît pas à un médecin de Beauvechain, le docteur Dupont, comme 2000 de ses confrères qui ont signé cette pétition de contestation.

Le docteur Dupont : "Pendant 2 ans les médecins ont commencé ont appris et ont commencé à travailler à distance. A priori, nous ne sommes pas formés pour cela. Mais nous avons pris le pli de même que les patients. Maintenant qu’on envisage de retirer ce code ou en tout cas de le restreindre de manière considérable, cela nous pose vraiment un problème".

Avant de pérenniser le système de télémédecine en 2023, l’INAMI (qui ne nous a pas accordé d’interview), désire réduire ces prestations. Elle désire rendre le système plus qualitatif et vise, à terme, 20% de consultations à distance et 80% dans les cabinets médicaux. Cette proposition n’agrée pas les médecins. Selon eux, elle punira les malades chroniques, les personnes âgées et les médecins.

"Il faut un système où les gens doivent s’inscrire à l’avance et de nouveau cela demande des systèmes d’abonnements de la part des médecins, explique le docteur Dupont. Et aussi de souscrire à des programmes spécialisés, etc. C’est lourd et inutilement compliqué ".

Les généralistes craignent aussi une situation de rentabilité à la française où des sociétés commerciales emploieront des médecins dans des call center. L’INAMI ne partage pas ces craintes en évoquant une série de garanties.

Les deux parties se reverront bientôt, pour discuter de ce projet de réforme.

Sur le même sujet

L’ABSyM veut conditionner le recours aux téléconsultations pour éviter leur "exploitation commerciale"

"Allô, Docteur ?" : la télémédecine appelée à perdurer hors pandémie, mais le cadre légal manque toujours

Articles recommandés pour vous