RTBFPasser au contenu

Societe

Bourse d'étude: 100% numérique mais problématique

Lourdeur pour l'obtention d'une bourse d'étude

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 juil. 2015 à 13:50 - mise à jour 15 juil. 2015 à 13:503 min
Par Marie Roquiny

Depuis le 1er juillet, la procédure pour introduire une demande de bourse d’étude a changé. Fini la version papier, bienvenue formulaire numérique... Un changement censé faciliter la vie des étudiants mais qui semble, au contraire, la compliquer. En cause ? Un manque de communication de la Fédération Wallonie-Bruxelles et un bug informatique.

C’est lorsqu’il a reçu le courrier annuel que Sarkis, étudiant en 1ère master en journalisme, a appris la nouvelle. " J’ai été un peu surpris de ce changement. Je n’avais pas du tout été prévenu ", déclare-t-il. Et il n’est pas le seul… Beaucoup d’étudiants sont pris de court. D’autant plus que le site est victime de bugs informatiques réguliers. Ce qui ne facilite pas les choses.

D’ailleurs, le téléphone n’arrête pas de sonner au service d’aide aux étudiants de l’UCL. Pour Anne-Michèle De Jonge, responsable au service d’aide, ces problèmes résultent d’un manque de communication flagrant. " Je pense effectivement que l’info n’est pas passée comme elle aurait dû. Donc les étudiants sont vraiment surpris ".

D’autres ont vraiment peur car ils ont besoin de cette somme d’argent pour payer leurs études. " Les étudiants sont paniqués. “Je n’arrive pas à rentrer ma demande ! Je n’aurais pas ma bourse et j’ai besoin de ma bourse rapidement.” C’est un gros problème pour eux. La seule chose que nous pouvons faire c'est de les conseiller de téléphoner au call-center", continue Anne-Michèle De Jonge.

Mais les lignes téléphoniques ne répondent pas, le temps d’attente est trop long. Même si la Fédération Wallonie-Bruxelles affirme travailler sur le problème informatique, l’étude de ces demandes de bourses d’étude pourrait prendre du retard.

Une procédure numérisée mais pas facilitée…

Les étapes pour introduire sa demande sont nombreuses. Avant de remplir le formulaire, accessible sur le site, il faut se créer un compte citoyen nommé Cerbère. Pour cette étape, il est nécessaire d’acheter un lecteur de carte d’identité électronique. Pour un prix variant entre 10 et 20 euros. " Ensuite, une fois qu’on s’est inscrit, il faut attendre un mail de confirmation. Puis seulement commence la procédure de demande d'une bourse. Il est nécessaire de fournir une copie de sa carte de banque et de ses notes académiques. Après cela, il faut attendre deux, trois mois comme d'habitude… C’est assez contraignant ", explique Sarkis. Pas si simple donc, de remplir cette nouvelle formule de demande de bourse.

Surtout que les documents tels que la fiche de résultats doivent-être, dès à présent, scannés pour être pris en compte. Sarkis regrette l’ancienne version du formulaire papier, " C’était plus facile de faire une simple photocopie et d’envoyer le tout dans une enveloppe que de devoir tout scanner. Surtout que ce genre de documents ne sont pas disponibles en numérique. Cette procédure via internet est censée nous faciliter les choses. C’est ce qui est dit dans le courrier. Mais je pense qu’en fait ce n’est pas vraiment le cas ". Il s'agit d'une procédure plus complexe et plus lourde. Mais, à notre demande d’interview, la Direction des Allocations et Prêts d’Études de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décliné l’invitation. Des interrogations sont donc laissées en suspens.

Un unique avantage

" Le seul avantage, c’est que nous ne devons plus fournir une composition de ménage ni un avertissement d’extrait de rôle ", explique Sarkis. Un point positif qui s’explique par une meilleure coopération du Service des Allocations d’Etudes de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec d’autres départements tels que le SPF Finances par exemple.

L’année dernière, environ 52 000 dossiers ont été introduits. Mais seules 36 000 demandes de bourse ont été acceptées. Mais avec ces nombreux bugs informatiques, la procédure 100% numérique risque de rallonger le temps de réponse, qu’elle soit favorable ou défavorable... Les étudiants devront donc s’y prendre le plutôt possible, bien avant 4 janvier, date de clôture des demandes. Avec pour objectif, d’éviter le risque de se retrouver sur le carreau…

Articles recommandés pour vous