RTBFPasser au contenu
Rechercher

Planète - Portraits

Bounce : rendre le tennis, quatrième sport le plus polluant, plus écoresponsable

Si le sport est synonyme de bien-être, de santé et d’activité en plein air, c’est aussi un secteur qui contribue largement au réchauffement climatique. D’une part, à cause des évènements organisés aux quatre coins du monde. D’autre part, à cause de la pratique sportive en elle-même. Et dans ce domaine, le tennis et le padel ne sont pas de bons élèves. Combinés, ils sont les 4e sports les plus polluants au monde, notamment à cause de leur consommation effrénée de balles jaunes… Conscients de cette surconsommation, trois amoureux de tennis, de padel et de développement durable se sont lancés le défi de rendre ces sports plus écoresponsables, grâce au tube Bounce, une boîte de balles pressurisée qui vise à multiplier leur durée de vie par trois.

L’histoire débute sur un court de tennis en novembre 2018. Ce soir-là, Antoine Wouters et Gregory Merguerian doivent, pour la énième fois, ouvrir un tube de balles de tennis neuves. "Au début de chaque partie, la même question revient : Est-ce que tu as des balles ?", demande Antoine.  "Oui, mais j’ai déjà joué deux ou trois fois avec et elles sont presque mortes...", répond Gregory. "Ok, j’ouvre mon nouveau tube alors", cède Antoine.

Après leur partie, Antoine et Gregory se retrouvent au bar et se renseignent sur l’impact environnemental des balles, un produit consommable, qu’ils utilisent chaque semaine. "Rapidement, on découvre que chaque année, au niveau mondial, 500 millions de balles sont produites et utilisées. Moins d’1% d’entre elles sont recyclées. Les autres terminent dans les incinérateurs ou alors dans la nature et mettent environ 2.500 ans pour se dégrader, soit environ cinq fois plus de temps qu’une bouteille en plastique", affirme Antoine. Face à ce constat terrifiant, les deux jeunes Belges décident d’agir, à leur échelle, pour rendre le tennis et le padel plus durables.

80% des joueurs changent de balle à cause de la perte de pression

Pourquoi les joueurs changent-ils si fréquemment de balles ? Voici la première question qui nourrit leur réflexion. "Selon notre étude de marché, 80% des joueurs de tennis et de padel changent de balles à cause de la perte de pression. Seulement 15% à cause du feutre. Et les 5% restants parce qu’ils ont perdu une ou plusieurs balles du tube et décident de le remplacer", précise Antoine. Ils se renseignent alors sur les solutions disponibles pour réduire la perte de pression des balles et ainsi augmenter leur durée de vie. "On a découvert les tubes pressurisés. On les a tous testés, mais la plupart ne fonctionnaient pas parfaitement", affirme Gregory.

L’équipe de Bounce, rejointe par Maxime Sohet, ingénieur civil, veut alors développer la meilleure solution sur le marché. "On a développé notre propre tube hermétique qui recrée un environnement pressurisé grâce à une pompe intégrée", explique Gregory. Après chaque partie, les joueurs n’ont qu’à ranger leurs balles dans ce tube et pomper de sorte à recréer cet environnement de tube neuf. Ainsi, les balles ne perdront plus en pression entre deux parties et dureront plus longtemps.

D’un niveau amateur jusqu’à B0

Comme évoqué plus haut, la raison du changement de balle n’est pas la même pour tous les joueurs. "Les très bons joueurs vont détruire leurs balles en jouant. À cause des frappes lourdes et des effets multiples, les balles vont perdre en pression et le feutre va se dégrader", avance Gregory. À titre d’exemple, rien qu’à Roland-Garros, 60.000 balles sont utilisés en quinze jours, car les joueurs professionnels changent de balles tous les neuf jeux. "Mais notre public cible, les joueurs évoluant d’un niveau amateur jusqu’à B0, dénaturent très peu les balles en jouant. En revanche, comme les balles sont faites de caoutchouc poreux, elles vont perdre en pression entre les parties", poursuit Antoine. C’est précisément là qu’intervient Bounce, avec un tube acheté une bonne fois pour toute, qui n’a pas vocation d’être un produit consommable. "Le tube coûte 80€ mais permet de faire des économies sur le long terme, puisqu’il augmente la durée de vie des balles par trois", complète Gregory.

Tennis Solidaire

En Belgique, face à l’urgence climatique, l’Association Francophone de Tennis (AFT) a lancé en 2017 Tennis Solidaire, une opération qui vise à récupérer les balles usées dans les clubs. "Ces balles sont ensuite envoyées dans une usine de broyage. Les granulats sont utilisés pour créer toutes sortes de surfaces sportives à destination des associations", précise Samuel Deflandre, secrétaire général de l’AFT. En cinq ans, la fédération et les clubs ont ainsi récolté et broyé plus de 200.000 balles. Cette opération est aujourd’hui intégrée dans un plan à responsabilité sociétale et environnementale plus global, appelé SCORE. Avec celui-ci, la fédération veut aller plus loin, en collaboration avec Bounce. "L’équipe de Bounce sera nos yeux et nos oreilles dans les clubs pour promouvoir notre vision environnementale commune", précise Samuel. Du côté de Bounce, Gregory ajoute : "Notre objectif est de construire une véritable économie circulaire autour des balles. Et pas seulement pour construire de nouvelles surfaces sportives, mais pour créer de nouvelles balles à partir de celles qui sont usagées, et qui pourront ensuite être proposées aux clubs."

Si la priorité des fondateurs de Bounce est de commercialiser leur tube pressurisé, sur le plus long terme, ils veulent donc avoir un impact sur l’ensemble du cycle de vie d’une balle, c’est-à-dire de sa production, en passant par son utilisation prolongée, jusqu’à son recyclage et ainsi favoriser une économie circulaire.

Cuve pressurisée à destination des clubs

À côté du tube qui s’adresse directement aux joueurs de tennis et de padel, Bounce développe également une solution, à plus grande échelle, pour les clubs. "Les plus gros consommateurs de balles, ce sont eux. On développe donc une grosse cuve qui pourra accueillir 400 balles. Tout serait automatisé. La cuve permettra de repressuriser et déshumidifier les balles", avance Gregory. Contrairement aux tubes, la cuve permet de réinjecter de la pression dans celles-ci. "L’idée, c’est que chaque entraîneur ait deux jeux de balles. Un dans la cuve et l’autre sur le terrain", ajoute Antoine. Une solution qui permettrait aux clubs de faire durer leurs balles plus longtemps. Une aubaine quand on sait que l’achat de balles représente l’un des plus gros coûts d’un club et génère une quantité de déchets gigantesque. "Actuellement, les clubs achètent leurs nouvelles balles tube par tube. Notre envie, à long terme, est de leur livrer dans un conteneur pressurisé de nouvelles balles, faites à partir de balles usagées", espère Antoine.

Crowdfunding

Pour les amateurs de tennis qui voudraient s’offrir ce tube à prix réduit, Bounce le permet dans le cadre de leur campagne de crowdfunding qui durera tout le mois de juin. "L’objectif de la campagne est d’activer le projet et d’avoir une masse critique qui utilise le tube parce qu’on s’est rendu compte que le meilleur moyen de faire connaître ce projet était le bouche-à-oreille", conclut Antoine.

Loading...

Ensemble pour la planète, des contenus pour comprendre et agir à retrouver sur RTBF. be et RTBF AUVIO !

Sur le même sujet

De plus en plus de jeunes pratiquent une activité sportive en Fédération Wallonie-Bruxelles

Belgique

Articles recommandés pour vous