RTBFPasser au contenu
Rechercher

Boule À Zéro – 8. Le fantôme de la chambre 612

Boule à zéro
21 mars 2020 à 06:30Temps de lecture3 min
Par schrauwenjacques

On parle beaucoup du monde médical, avec raison d’ailleurs… Mais pendant qu’on fait la guerre au coronavirus, selon l’expression militariste étrange d’Emmanuel Macron et d’Elio Di Rupo, on soigne bien d’autres maladies dans nos hôpitaux ! Le cancer des enfants, entre autres, qui font de l’hôpital leur demeure !  Ne les oublions surtout pas!

Boule à zéro
Boule à zéro Bamboo

Comment traiter de ce thème, les enfants gravement malades perdus dans un univers aseptisé, sans qu’il soit ardu, impossible à supporter, mélodramatique dans le mauvais sens du terme ? Surtout en bd ? Avec émotion, d’abord. Avec humour, surtout, avec sourire, espérance, solidarité, intelligence.

Cela fait huit albums que les auteurs, Zidrou et Ernst, nous font accompagner la vie de Zita, âgée de 13 ans, mais en paraissant bien moins, et vivant à l’hôpital depuis près de dix ans. Zita, une gamine comme les autres, mais surnommée Boule à zéro du fait de la disparition totale de ses cheveux au long des traitements qu’elle subit. Zita qui, d’album en album, est devenue l’âme de son étage, dans cet hôpital, l’étage des patients enfants. Zita qui a construit des liens avec d’autres pensionnaires de cet hôpital, les seniors. Zita qui est comme la cheville ouvrière d’une réalité qui s’était perdue, celle du sourire ! Celle de la main tendue ! Celle de la vie, à tout prix, tant qu’elle ne s’efface pas… La vie n’est pas rose dans cet hôpital, dans aucun hôpital d’ailleurs. Mais grâce à Zita, l’existence ne s’y morfond plus, et les enfants restent des enfants.

Boule à zéro
Boule à zéro Bamboo

A la lecture du titre de ce huitième album, qui nous parle de fantômes, on pourrait croire que Zidrou et Ernst vont mêler à la réalité de leurs personnages en souffrance une once de fantastique. Mais il n’en est rien…

! Il y a bien des fantômes, dans tous les hôpitaux, mais ce ne sont pas les âmes errantes des décédés… Et je reprends des mots de ce livre pour dire qui ils sont : " Ce sont les fantômes des absents ! Les fantômes du fiancé, de la sœur, du collègue, de l’amie… qui ne sont pas venus visiter un proche. Un jour, pourtant, certains de ces fantômes décident enfin de vaincre leur peur… de se rendre, pour de bon, à l’hôpital… ". Et c’est la rencontre entre Zita et un de ces fantômes que nous raconte cet album.

Et ce fantôme qui reprend vie, c’est celui de son père, qui a fui la maladie de sa fille il y a bien longtemps.

Ce livre, c’est le récit, entre d’autres récits, de ces difficiles retrouvailles. C’est un récit dans lequel le silence s’installe, pesant, pour s’offrir la chance de laisser la place aux mots et aux vrais partages. Je parlais de plusieurs autres récits. Il y a par exemple celui du compagnon de chambre de Zita qui quitte l’hôpital, adopté malgré sa leucémie. Ce sont ces " tranches de vie " qui provoquent de réelles émotions, mais des émotions sans cesse tempérées par l’humour quelque peu iconoclaste et décalé de Zidrou, par le dessin de Ernst qui ne cherche aucun effet et se contente, avec talent, de laisser le lecteur devenir l’ami de Zita. Ce sont des récits qui mettent aussi en évidence, dans ce genre de services médicaux, le personnel hospitalier, et ses investissements humains, au jour le jour.

Boule à zéro
Boule à zéro Bamboo

Boule à Zéro, c’est une série de bande dessinée essentielle, intelligente, et qui se doit d’avoir sa place dans toutes les bibliothèques !

Une série qui est à la base aussi, de la part des auteurs, d’un fonds destiné à offrir des livres aux services pédiatriques dans des tas d’hôpitaux. L’humanisme est dans le récit, il est aussi dans l’action de Ernst et de Zidrou !!! Et puis, il y a aussi un dialogue immédiat avec le lecteur : dans ce huitième album, par exemple, vous trouverez une fiche donnant, je cite, quelques conseils de proches pour gérer au mieux la maladie de l’autre… Je le répète : Boule à Zéro, c’est la plus importante et la plus exceptionnelle des séries bd actuelles !

 

Jacques Schraûwen

Boule À Zéro – 8. Le fantôme de la chambre 612 (dessin : Ernst – scénario : Zidrou – éditeur : Bamboo – 46 pages – date de parution : mars 2020)

Articles recommandés pour vous