RTBFPasser au contenu

Jam

Bonobo : 12 fragments pour un album intense

Bonobo : 12 fragments pour un album intense
14 janv. 2022 à 07:003 min
Par Guillaume Scheunders

Le producteur britannique démarre 2022 avec l’un des albums les plus attendus de ce début d’année : Fragments. Réalisé à travers les deux dernières années de confinement, ce nouveau disque est l’un des plus aboutis de Bonobo, navigant à travers les influences de sa terre d’origine, l’Angleterre, et celles venues d’Outre-Atlantique.

Cela fait maintenant un peu plus de vingt ans que Simon Green a atterri sur la planète Musique. D’abord chez Tru Thoughts, où il sort son premier album Animal Magic, puis chez Ninja Tune pour les six opus suivants. Durant toute cette période, le son de Bonobo a évolué, suivant quelque peu les modes du moment, entre les morceaux instrumentaux samplés de ses débuts, la deep house courant des années 2010, des passages vocaux (comme sur l’album Black Sands avec Andreya Triana) et surtout continuellement cette vigueur naturelle qui a toujours transparu dans ses travaux. Fragments ne déroge pas aux sonorités organiques typiques de l’Anglais, mais y ajoute cette fois-ci une dimension encore plus intime, faisant de l’album une sorte de manifeste pour l’artiste.

Loading...

De l’isolement nait la créativité

Pour la première fois dans sa carrière, Bonobo n’a pas écrit son album sur la route. Comme une majorité des artistes ayant sorti un disque ces derniers temps, en réalité. Après deux années de tournée suivant la sortie de son album Migration, il s’est retrouvé chez lui, à Los Angeles, entre des incendies meurtriers et une pandémie mondiale. Il s’est retrouvé "piégé" par la situation : il ne pouvait pas retourner au Royaume-Uni et les feux de forêt l’ont aidé à réaliser que l’endroit où il s’était installé ne serait probablement plus viable dans le futur, face à une crise climatique inévitable.

Devant un tel contexte de création, difficile de sortir de la page blanche. Son inspiration, il est allé la chercher à travers des nuits de camping solitaire dans le désert Californien, mais aussi en chipotant et en créant sur ses synthés modulaires ou en s’appuyant sur des enregistrements de la harpiste Lara Somogyi pour trouver une base à sa production.

Loading...

L’album le plus abouti ?

Bonobo s’est attaché les services de l’arrangeur Michael Atwood-Ferguson, qui l’a aidé à trouver un thème musical pour cet album. Afin de trouver des sonorités plus "réelles", ils ont enregistré des musiciens d’orchestre en studio, ce qui donne au disque cette dualité entre musique électronique d’un côté et véritable performance harmonique de l’autre. Tides, en collaboration avec Jamila Woods en est un parfait exemple : la voix de la chanteuse additionnée aux cordes offre une sensibilité particulière au morceau.

Fragments est d’ailleurs très marqué de cette sensibilité. L’album rassemble un tas de caractéristiques qui composent l’identité de Bonobo. À commencer par son origine anglaise, ultra-présente dans des morceaux comme Otomo, Closer ou Sapien qui empruntent beaucoup à la UK bass music et à la rave music.

Les collaborations ont aussi apporté beaucoup : évidemment, Tides est sublimé par Jamila Woods, mais on retrouve aussi Jordan Rakei, qui apporte une dose de lumière sur Shadows, qui n’est pas sans rappeler une vibe "Détroit-Moodymann-Theo Parrish". L’album alterne avec beaucoup de soin des morceaux qui appellent à un retour des dancefloors et des ballades. Les featurings avec Joji (From You) et Kadhja Bonet (Day By Day) en sont de parfaits exemples.

Loading...

Face aux fatalités qui touchent le monde à l’heure actuelle, Bonobo a choisi de puiser dans l’espoir pour créer ce disque. Il a su transformer la lutte ambiante permanente et l’isolation en un bijou d’album qui arrive à nous transporter dans son univers, en gardant toujours cet attachement à la nature, au sens profond. Ce n’est pas un hasard si ses visuels représentent régulièrement des éléments organiques ou des merveilles de la terre. Les 12 fragments qu’il nous propose sont autant d’invitations à contempler le monde qui nous entoure, à se laisser soulever par une musique qui puise sa source dans le génie de Simon Green et à voyager, l’espace d’une petite heure, jusqu’où peut nous emmener notre imagination. Après plus de vingt années de carrière, Bonobo arrive toujours à rafraîchir sa musique à chaque album et il ne déroge pas à cette règle en 2022 avec cet album travaillé, actuel, engagé et beau.

Articles recommandés pour vous