Info

Bois de Halle : les célèbres jacinthes en fleurs sublimées par un photographe de paysage professionnel

© Aliaume Chapelle

C’est un tapis de fleurs sauvages connu dans le monde entier !
Les célèbres jacinthes du Bois de Halle (Brabant flamand), au sud de Bruxelles, sont en fleurs. Un spectacle naturel qui devrait attirer des dizaines de milliers de visiteurs, en à peine deux semaines. Ce tableau offert par la nature fait le bonheur des visiteurs venus des quatre coins de Belgique, mais aussi de l’étranger.

Nombreux sont les promeneurs à immortaliser la floraison éphémère avec leur smartphone. Mais pour les professionnels de la photographie, la capture de l’objet nature est un art qui nécessite créativité, originalité et matériel de qualité. Pour éviter de tomber dans les sempiternels clichés du photographe en herbe, le professionnel de la photo de paysage doit être bien équipé, se montrer créatif et opérer dans les conditions optimales.

Parmi ces amoureux de la photographie de paysage : Aliaume Chapelle, un habitant de Chastre, en Brabant wallon. Ce trentenaire passionné de nature se rend dans le Bois de Halle depuis environ sept ans, pour compléter sa galerie de photos, mais aussi, pour accompagner ses stagiaires photos. "Ici, j’aime l’ambiance particulière du site le matin, surtout quand il y a de la brume ou du brouillard. Le soleil perce à travers cette brume. On a évidemment ce tapis de jacinthes qui est vraiment exceptionnel. Il y a d’ailleurs très peu d’endroits au monde où on voit cela. C’est un lieu magnifique pour la photographie".

Les conditions optimales

Généralement, la floraison des jacinthes sauvages a lieu entre la mi-avril et début mai. Période idéale, en théorie : entre le 18 et le 25 avril. C’est en principe à ce moment-là que la floraison des jacinthes correspond aux premières pousses des feuilles d’arbres, ce qui offre une lumière légèrement tamisée.

"Pour profiter d’une belle lumière, il faut venir tôt, de préférence au lever du soleil", explique le photographe. "Vous profiterez aussi d’un peu de calme avant la venue de nombreux visiteurs. Mieux vaut d’ailleurs vous rendre dans le bois en semaine. La brume ou le brouillard offrent la possibilité d’obtenir des clichés très esthétiques. Le coucher du soleil peut aussi être un bon moment".

Avant de vous déplacer sur le site, consultez les prévisions météorologiques. "Pour la photo, c’est essentiel ! Par exemple, un ciel sans nuage avec une brume légère, c’est parfait !", souligne Aliaume.

Petit détail, grand cliché

Créativité, originalité, sens de l’observation, focalisation sur les détails,… Autant de qualités utiles pour obtenir l’image originale. "Trouver un élément de détail que personne n’a pris en photo avant, c’est important", affirme Aliaume. "Un cerf, un chevreuil au bon endroit, bien placé ; une petite branche avec des fleurs qui se découpent avec la lumière, tout cela peut faire la différence".

Un matériel de qualité

Mais pour obtenir un bon cliché, il faut aussi un matériel de qualité. "Pour ma part, j’ai un bon appareil et plusieurs objectifs. J’ai un trépied aussi pour stabiliser l’appareil et pouvoir augmenter le temps de pause. Au total, cela représente environ 7000 euros de matériel".

Au Bois de Halle, ce qui est vraiment utile, c’est un téléobjectif pour arriver à isoler des détails. "Avec un objectif standard ou un grand-angle, on a tendance à avoir trop d’éléments dans le cadre, ce qui rend la lecture de l’image plus confuse. Ici, un bon matériel fait vraiment la différence par rapport à un smartphone. Cela dit, avec un appareil de 500 euros, on peut déjà obtenir de très bons clichés".

L’image fait parler

Pour la promeneuse que nous avons interrogée sur place, les photos de notre preneur d’images sortent de l’ordinaire : "C’est magnifique ! Ce que je trouve beau, c’est ce vert (des arbres), ces branches et ce brouillard derrière. Il n’y a pas que les jacinthes, vous avez aussi eu la chance d’avoir un chevreuil. C’est très beau !" Un résultat esthétique qui suscitera peut-être des vocations.
Mais pour capturer ces paysages, le photographe doit encore respecter un principe : rester sur les chemins balisés et ne pas piétiner la célèbre fleur mauve. Et comme chaque année, tout visiteur est invité à consulter les sites d’informations pour éviter les problèmes de mobilité. Plusieurs parkings spécifiques et des navettes de bus sont prévus.
Enfin, pour admirer les clichés du photographe professionnel de Chastre, une adresse internet : www.aliaumechapelle.com
 

Sur le même sujet

Près de mille pneus déversés sauvagement dans le bois de Hal

Régions Brabant wallon

Articles recommandés pour vous