Culture Club

Blade Runner : pourquoi il faut voir ce film culte

© © Tous droits réservés

Il y a 40 ans, sortait le film Blade Runner. Signé par le talentueux Ridley Scott, il reste aujourd’hui un incontournable du cinéma d’anticipation et de science-fiction. La genèse de ce film tout autant que son contenu l’érigent au rang de film culte. On vous explique !

En 1982, le monde découvrait Blade Runner. Alors qu’une adaptation en série est annoncée pour l’année prochaine sur Amazon Prime, le film reste aujourd’hui un incontournable du cinéma de science-fiction.

Blade Runner, avant d’être un film, c’est un livre écrit par le célèbre auteur de science-fiction Philip K. Dick. Le livre Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? est sorti en 1966 aux USA. L’auteur doit d’ailleurs en partie son succès populaire à l’adaptation de Ridley Scott, qui a mis un fameux coup de projecteur sur son œuvre. Un peu trop tard malheureusement, puisque Dick est décédé quelques mois avant la sortie du film, qui lui est d’ailleurs dédié. Fact un peu plus fun : Ridley Scott a avoué ne pas avoir réussi à lire le livre en entier, prétextant que Dick y amenait un trop grand nombre d’histoires en même temps.

Mais ça parle de quoi, ce film ?

Dans Blade Runner, on suit un ancien policier – incarné dans le film par Harrison Ford - qui reprend l’uniforme le temps de combattre des androïdes. Toute l’intrigue se déroule en 2019, alors que le film est sorti en 1982. On est donc complètement dans le cinéma d’anticipation, mais aussi de science-fiction.

Une genèse chaotique

Au début des années 80, au moment où Scott décide de réaliser le film, les ordinateurs n’existent pas encore, et donc les images de synthèse non plus. Il a donc fallu se montrer très inventif pour créer des décors et des accessoires qui correspondent à l’univers de Blade Runner.

Certes, ça n’est pas le premier film à devoir faire face à ces contraintes mais c’est par contre un des derniers à devoir créer son décorum de toutes pièces. Et vu le résultat final, on ne peut que saluer l’immense performance des équipes techniques.

Le tournage a été éprouvant pour tout le monde. Le réalisateur Ridley Scott est connu pour son exigence. Plus d’une fois, il a poussé à bout les équipes afin de retourner des scènes dont il n’était pas satisfait. Il ne s’entendait d’ailleurs pas avec l’acteur principal, Harrison Ford, et leurs relations étaient très tendues. Peut-être tout ceci s’explique-t-il en partie par les pressions qu’il subissait de l’extérieur… En effet, la production du film n’étant pas convaincue par ce que proposait le réalisateur, celle-ci l’a contraint à changer sa version et à revoir la fin du film. Résultat des courses : le film est un énorme échec, tant critique que commercial.

Une version director’s cut qui change beaucoup de choses

Un premier échec certes, mais c’était sans compter la persévérance du réalisateur. En 1992, soit 10 ans après la sortie en salles de Blade Runner, une version "director’s cut" (c'est-à-dire approuvée par Ridley Scott et sur laquelle il a travaillé) sort au cinéma et comprend plusieurs changements majeurs par rapport à la version de 1982, dont la suppression de la scène finale qui avait été imposée par la production du film original.

Ridley Scott a cependant récemment confié que cette scène avait été modifiée entre autres pour les besoins de la suite du film. En effet, la fin de 1992 apporte une certaine ouverture quant à la nature du personnage principal, Rick Deckard : est-il un humain ou un androïde ? Les critiques ont beau rester nombreuses après la sortie de la version de 1992, il n’en reste pas moins que c’est celle-là qui a permis à Blade Runner de renouer avec le succès.

Un film culte au sens littéral du terme

En 1993, soit un an après la sortie de la nouvelle version, la Bibliothèque du Congrès introduit Blade Runner dans son catalogue des films qui doivent être conservés dans le Registre des Films Nationaux en raison de leur importance, ce qui confère le statut de film culte à Blade Runner. Bien plus tard, l’American Film Institute classe le film à la 97e place de son top 100 des plus grands films américains de tous les temps.

Un film qui a lancé plusieurs genres cinématographiques

Le film offre une atmosphère jamais vue auparavant, celle d’un monde sombre et malsain, avec une pollution omniprésente. Il faut dire que Ridley Scott, avant d’être réalisateur de films, avait fait une incursion dans le monde de la pub, dans lequel tout est excessivement étudié. Scott n’a donc rien laissé au hasard et le moindre détail du film a été analysé sous toutes les coutures, jusqu’aux costumes portés par les acteurs. Film noir, futuriste, cyberpunk, néopunk, synthwave,… Les qualificatifs sont nombreux et pour certains d’entre eux, Blade Runner est considéré comme l’un des pionniers du genre.

Depuis la première sortie en salles en 1982, il y a eu beaucoup de nouvelles versions, des suites cinématographiques (Blade Runner 2049 et Blade Runner : The Final Cut), des adaptations vidéoludiques et même littéraires du film, qui a eu un impact sur le livre originel, reparu depuis lors sous le titre Blade Runner, ce qui souligne la proximité entre les 2 œuvres.

Si avec tout ça, vous n’avez pas envie de voir (ou revoir) Blade Runner, on ne comprend pas !

Sur le même sujet

Blade Runner, "un film qui ne peut pas vieillir"

C'est génial

Blade Runner : le remaster du jeu de 1997 est enfin disponible

Jeux vidéo

Articles recommandés pour vous