RTBFPasser au contenu
Rechercher

Only in America

BJ Scott nous raconte l’histoire des Doggie Bags…

Only In America 

BJ Scott nous raconte l’histoire des Doggie Bags…

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La culture du doggie bag est née dans les années 1940. Les États-Unis étant engagés dans la Seconde Guerre mondiale, les pénuries alimentaires faisaient partie de la vie quotidienne sur le front. Par souci d’économie, les propriétaires d’animaux étaient encouragés à leur donner des restes de table. Mais des milliers d’Américains ont également dîné dans des restaurants où de telles pratiques frugales ont été mises de côté parce que les restaurants ne proposaient pas d’emballer la nourriture comme une commodité standard.

À peu près à la même époque, des hôtels de Seattle, dans l’État de Washington, ont fourni aux clients des sacs en papier ciré portant l’étiquette "Bones for Bowser". Les “sacoses a no-noses”. Les restaurants de tout le pays ont suivi le mouvement et ont adopté des pratiques similaires. Bien que cela soit considéré comme de très mauvais goût par les critiques culinaires et les membres de la haute société, personne n’est dupe du fait que Fifi n’est pas toujours la destinataire de ces restes.

Au lieu de faire honte à leurs clients économes, les restaurateurs ont saisi l’idée et ont commencé à proposer des boîtes à emporter et des ustensiles jetables comme service. Ce phénomène a connu un véritable essor et est devenu la "norme" pour les restaurateurs. L’attente d’avoir plus que ce que l’on peut manger est devenue un mode de vie et maintenant cela cause des problèmes. La surconsommation et la pollution massive. Aujourd’hui, des multinationales comme Starbucks et McDonalds prennent la question au sérieux, sans pour autant priver l’heure de pointe d’une prise en charge. Le géant de la restauration rapide McDonalds n’utilise plus l’icône de la coquille en polystyrène pour ses hamburgers. Le magnat du café Starbucks utilise du carton recyclé pour ses produits à emporter. Le papier ciré est de retour.

Loading...

Only In America : un regard décalé sur l’actualité "made in USA", le mardi à 8h45 sur Classic 21 !

De plus en plus de petites entreprises et de multinationales se tournent vers des matériaux plus sûrs et écologiques pour les plats à emporter. De nouveaux messages sociaux pour un monde plus vert sont proposés aux jeunes consommateurs : “Ne commandez que la quantité que vous êtes prêt à consommer” ou “Faites appel à des entreprises respectueuses de l’environnement”.

Mais apprendre aux Américains à ne commander que la quantité qu’ils sont prêts à consommer, ce qui élimine le besoin d’un doggie bag, sera une habitude très difficile à briser. Le surdimensionnement “super-sizing” reste un moyen fondamental pour les familles les plus pauvres de se nourrir en respectant leur budget. Décourager la pratique d’une véritable institution culturelle sera long à mettre en place. Une affaire à suivre…

Loading...

Dans "Scenes From An Italian Restaurant", Billy Joel peint un tableau de chaleur. Ce qui commence comme un rendez-vous galant, une soirée tranquille au restaurant, fait place à l’agitation de la vie quotidienne. Le point central de la nostalgie de Joel est ce moment romantique, ce temps avant que les choses ne soient trop occupées.

Loading...

Sur le même sujet

BJ Scott revient sur la Seattle Culture : Coffee and Grunge

Only in America

BJ Scott revient sur l'histoire macabre du festival "Frozen Dead Guy Days"

Only in America

Articles recommandés pour vous