RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 6/8

"BISOU" la méthode pour éviter les achats compulsifs

11 avr. 2022 à 10:30Temps de lecture2 min
Par Elisée Baelongandi

Avez-vous déjà ressenti cette envie soudaine d’acheter un article sans pour autant être sûr d’en avoir besoin ? Bien des fois, avant même d’en avoir la réponse on se retrouve avec ce dernier chez nous…
Oumaïma, chroniqueuse du 6-8, apporte une méthode qui pourrait vous aider. Son nom est aussi tendre que son effet sur votre portefeuille : BISOU.

De nos jours, très rares sont les personnes à n’avoir jamais cédé face à une envie qui se transforme en achat compulsif… Il est vrai qu’avec les stratégies marketing mises en place de plus en plus performantes et surtout avec la possibilité de faire des achats en ligne en un clin d’œil, il est difficile de ne pas se soumettre à la tentation ; au plus grand désespoir de votre compte bancaire.

C’est la raison pour laquelle deux Françaises ont développé, dans un livre portant sur la surconsommation, une méthode afin de lutter contre ce fléau sous le nom de : BISOU.

Il s’agit d’un moyen mnémotechnique qui regroupe donc 5 questions à se poser avant d’acheter un article. Attention, si vous avez du mal à y répondre, il est fort probable que le produit ne doive pas être acheté…

Getty image

5 questions pour un champion :

 

  • B

La première lettre correspond au besoin, la question à se poser est donc : " Est-ce que j’en ai besoin ?"
En parlant de ce sujet, il n’est pas question d’utilité mais bien de savoir à quel besoin affectif cet achat répondra chez vous ? S’il n’est pas possible de répondre en une phrase claire, il est probable que votre motivation soit floue ou influencée par ce que vous avez vu sur les réseaux sociaux, dans une pub ou parce qu’une autre personne l’a obtenu… Dans ces 3 cas la finalité reste la même, on passe.

  • I

"Est-ce que j’ai besoin de cet article dans l’immédiat ?"
Dans ce monde de surconsommation, avec de nombreuses promotions qui se font dans des laps de temps assez réduits ; il n’est pas rare de se retrouver face à des biens dont on n’a pas besoin… Cependant, à cause du prix dérisoire, on cède avant de s’en rendre compte. D’où l’intérêt de se poser cette question primordiale.

  • S

Cette question repose sur la similarité ou autrement dit : "Est-ce que j’ai quelque chose de semblable à ma disposition ?"
Quand bien même vous n’auriez pas quelque chose de similaire en votre possession, il est toujours possible de faire appel à des sites de location ou de prêt pour des objets qui vous seront utiles de manière occasionnelle. N’hésitez pas à vous renseigner sur les initiatives organisées dans vos communes respectives.

 

  • O

Ici il est question d’écoresponsabilité. En effet, cette question se rapporte à l’origine du produit, n’a-t-il pas traversé 3 continents avant d’arriver jusqu’à moi ? Ne puis-je pas me le procurer plus près de chez moi ?
Il est également question de la manière dont le produit a été fabriqué car non seulement les produits peuvent être mauvais pour l’environnement, ils peuvent aussi l’être pour la santé…

  • U

La dernière question regroupe en quelque sorte les 4 premières sous un seul mot, l’utilité. Est-ce que ce produit sera réellement utile ?
Voilà la dernière question à vous poser afin de vous dissuader d’acheter tout ce qui passe sous vos yeux.

Getty Image

Retrouvez bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur la Une.

Sur le même sujet

L’indice de réparabilité arrive bientôt en Belgique : c’est quoi exactement ?

Limitation d’achat d’huile et farine dans les grandes surfaces : le billet d’humeur de Marianne Virlée

C'est pas fini

Articles recommandés pour vous