Birmanie: ouverture du premier procès contre Aung San Suu Kyi

L'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi et l'ancien président Win Myint, le 24 mai 2021 lors de leur première audition devant un tribunal à Naypyidaw

© Handout

14 juin 2021 à 05:07Temps de lecture2 min
Par AFP

Le premier procès contre l'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, renversée par un coup d'Etat militaire et inculpée à de multiples reprises par la junte, s'ouvre ce lundi, les observateurs dénonçant "une procédure spectacle uniquement motivée par des raisons politiques".

Un tribunal, étroitement gardé, a été spécialement mis en place à cet effet dans la capitale Naypyidaw, construite au cœur de la jungle dans les années 90 par l'ancien régime militaire.

Interpellée au matin du 1er février et assignée depuis à résidence, la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 - "en bonne santé", selon ses avocats, malgré les semaines passées à l'isolement - fait face à des poursuites judiciaires hétéroclites.

Ce lundi, elle doit être jugée pour importation illégale de talkies-walkies, non-respect des restrictions liées au coronavirus et violation d'une loi sur les télécommunications.

"Le tribunal va entendre les témoins de l'accusation. Aung San Suu Kyi ne s'exprimera pas aujourd'hui" (lundi), a précisé à l'AFP l'un de ses avocats, Khin Maung Zaw.

Dans une deuxième procédure, elle comparaîtra à partir de mardi pour sédition aux côtés de l'ex-président de la République Win Myint.

L'ex-cheffe de facto du gouvernement, âgée de 75 ans, est également inculpée pour avoir violé une loi sur les secrets d'Etat datant de l'époque coloniale et pour corruption, accusée d'avoir perçu plus d'un demi-million de dollars et une dizaine de kilos d'or de pots-de-vin. Aucune date de procès n'a été avancée à ce stade pour ces deux charges, les plus lourdes à son encontre.

Longues années de prison

Aung San Suu Kyi encourt de longues années de prison si elle est reconnue coupable.

Le chef de la junte "Min Aung Hlaing est déterminé à l'enfermer pour le reste de sa vie", a déploré à l'AFP Debbie Stothard, coordinatrice du réseau Alternative ASEAN. "On va assister à une procédure spectacle uniquement motivée par des raisons politiques".

L'ex-dirigeante n'a été autorisée à rencontrer que deux fois l'équipe juridique chargée de la défendre. Chaque réunion n'a pas pu dépasser une trentaine de minutes.

"On se prépare au pire", a commenté Khin Maung Zaw, qui dénonce des accusations "absurdes" montées de toute pièce dans le but de "la tenir à l'écart de la scène (politique) du pays et de salir son image".

Pour justifier son passage en force, l'armée a allégué des fraudes "énormes" aux législatives de novembre 2020, remportées massivement par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d'Aung San Suu Kyi.

Les généraux birmans menacent de dissoudre cette formation et ont indiqué vouloir organiser de nouvelles élections dans les deux ans.

Sur le même sujet

Aung San Suu Kyi : icône, paria, puis proie impuissante des généraux birmans

Birmanie: Aung San Suu Kyi demande d'espacer les audiences de son procès pour "raisons médicales"