RTBFPasser au contenu

Societe

Bientôt une carte interactive pour savoir combien pourrait se vendre votre maison ou appartement?

Immobilier / Le prix des maisons de votre quartier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 févr. 2020 à 14:55 - mise à jour 08 févr. 2020 à 14:552 min
Par Pascale Bollekens

Comment savoir si la maison que vous rêvez d'acheter, est trop chère ou pas? En France, depuis avril dernier, les citoyens qui le désirent peuvent connaître les prix des maisons, des terrains des appartements vendus depuis 5 ans. Un registre, sous la forme d'un site mis en ligne, dévoile en toute transparence toutes les transactions immobilières enregistrées, ces 5 dernières années. 

Sur une carte de France interactive, un clic sur une maison ou un appartement fait apparaître le prix net Vendeur (sans les frais de notaire ou de l'agence immobilière). Trop tôt pour en connaître les incidences, n'empêche nos voisins prônent la transparence. 

Une carte des prix interactive pour l'immobilier aussi chez nous? 

Pour le député bruxellois cdH, Christophe De Beukelaer, ce serait un outil de plus pour éviter que notre maison soit sur-évaluée ou sous-évaluée, tant pour l'acheteur que pour nous qui la vendons. Le député humaniste voudrait que la Belgique suive l'exemple français.

Aujourd'hui, chez nous, c'est un privilège donné par l'état. Seuls les professionnels de l'immobilier, les promoteurs, les banques, les notaires disposent de ces informations. L'état pourrait décider de le retirer. 

Les notaires ne disent pas non

Renaud Grégoire, porte-parole de la fédération des notaires n'est pas contre: "La méthode française a ses avantages. Souvent, on parle des prix estimés, des prix demandés, les baromètres que les agences immobilières publient ou sur les sites internet c'est souvent le prix demandé. Et donc il n'y a un effet qui n'est pas toujours, tout à fait correct par rapport au marché, il y a un décalage. Donc le fait d'annoncer les prix et de les rendre transparents peut permettre d'éviter ce décalage. Mais je ne pense pas que cette mesure, à elle seule, peut calmer le marché".

Mais avec des balises

Pour lui, cette transparence à outrance a aussi ses travers. Il faudrait bien l'encadrer: "Comment rendre ces infos publiques, est-ce légitime de les rendre publiques, et les rendre publiques pour toutes les ventes (si Je cède la maison à mon ex-femme? si je fais une donation?). Si on publie tous les prix des transactions, il faut les mettre tous. Il faudra dire qui pourra les consulter dans quelle mesure, et combien de temps, on laisse toutes ces publications."  

La fédération des notaires fait remarquer que ces données sont consultables moyennant paiement aux bureaux de l'enregistrement et des hypothèques.

"Comparer ce qui est comparable"  disent les agences immobilières

Eric Verlinden, Directeur de l'agence immobilière Trévi , pense lui que cette transparence à la française est une fausse bonne idée: "Dans l'immobilier, c'est très compliqué d'établir un prix entre 5 et 10%, ce que je crains c'est qu'en voyant le prix d'une maison X, quatre maisons plus loin que la sienne, on tire des conséquences sur la valeur de son propre bien qui n'est pas pertinente parce qu'il put y avoir des différence de 10 à 15%. Je serais plus positif sur le fait d'avoir ce type de registre, à une condition, c'est que les données que l'on y met soit suffisamment complètes pour que l'on puisse se faire une opinion précise du bien et pas uniquement un prix. Une adresse et un prix, je suis contre.  Une adresse, une superficie, un prix, un état, des données techniques , le type de chauffage, en bref, une série de données complémentaires, je suis pour." 

En attendant de voir arriver ce site interactif chez nous, le marché immobilier belge lui, ne cesse de partir à la hausse.