Regions Liège

Bientôt un nouveau réseau cyclable utilitaire au Pays de Herve

Le parc industriel des Plénesses: selon le GAL Pays de Herve, il doit être le point central des liaisons cyclables utilitaires.
25 févr. 2022 à 10:33Temps de lecture1 min
Par Philippe Collette

Plus de trajets à vélo dans le Pays de Herve pour se rendre au travail ou à l'école, c'est ce que propose le Groupement d'Action Local, le GAL, du pays de Herve au terme d'une étude d'un an et demi dans 8 communes concernées.

Pour assurer cette mobilité, le GAL a tracé un nouveau réseau cyclable sécurisé qui doit à présent trouver son financement afin de le réaliser d'ici quelques années.

Un réseau utilitaire plus sécurisé

L’objectif n’est pas touristique: il s’agit de tisser un réseau de liaisons sécurisées pour permettre aux citoyens de rejoindre leur lieu de travail ou leur école à vélo. "Il y a notamment la liaison Chaineux-Eupen qui permet de relier trois parcs d'activités économiques que sont le parc d'activités de Chaineux, celui des Plénesses, et enfin l'East Belgium Park" explique Aurélie Remacle, chargée de mission mobilité au Gal Pays de Herve. "A ce niveau-là, il y a vraiment un potentiel important au niveau cyclable utilitaire, et c'est une liaison qui n'est actuellement pas présente."

Huit communes concernées

En rouge, les nouvelles liaisons cyclables dessinées par le GAL du Pays de Herve.
En rouge, les nouvelles liaisons cyclables dessinées par le GAL du Pays de Herve. Tous droits réservés

Le réseau proposé par le Gal concerne 8 communes: Herve, Welkenraedt, Plombières, Pepinster, Dison, Aubel, Limbourg et Olne. Un état des lieux a mis en lumière des liaisons cyclables manquantes, notamment pour desservir le parc d’activité des Plénesses: "Il s'agit effectivement du pôle le plus important en termes de déplacements puisqu'il constitue un énorme pôle d'emplois. On a par exemple la liaison Limbourg-Plénesses, Dison-Plénesses, Clermont-Plénesses, toutes des liaisons qui ne sont à l'heure actuelle pas faciles pour les cyclistes."

Le GAL a défini 6 liaisons prioritaires dont l’aménagement représente un certain coût: "Si on réalise toutes les liaisons prioritaires, on est sur un budget évalué à 9 millions d'euros" poursuit Aurélie Remacle. "Il faudra affiner tout ça, et puis, bien sûr, tout ne se fera pas en même temps."

Désormais, le GAL va partir à la recherche de financements, surtout à la Région et au Fédéral qui soutiennent clairement la mobilité douce.

Articles recommandés pour vous