Info

Bientôt les vacances ? Les voyages en car attirent de plus en plus de nouveaux voyageurs

Les voyageurs se ruent vers le bus pour se rendre dans les grandes destinations européennes. Cette nouvelle attractivité du bus pour les longues distances s’explique par la forte hausse des prix des carburants qui grève le budget des ménages. L’autre explication c’est l’effet de rattrapage par rapport aux deux années précédentes pendant lesquelles les gens n’ont pas pu partir autant qu’ils l’auraient voulu à cause de la crise sanitaire.

Un réseau étendu et des fréquences augmentées

"Cet été, tout le monde a décidé de partir en vacances et les chiffres sont exceptionnels", déclare le porte-parole de Flixbus. La compagnie allemande compte étendre son activité de 30% par rapport à mai et juin, deux mois qui étaient déjà très bons. "Nous allons rajouter une vingtaine de véhicules sur le réseau belge et multiplier les fréquences, plus d’allers-retours". De quoi transporter les Belges en Belgique et en Europe. "La clientèle est évidemment aussi européenne, qui apprécie les séjours en Belgique". Même écho chez Bla-Bla Car, le concurrent français : "Nous étendons notre réseau de 20% en plus par rapport à 2019", affirme le porte-parole de la compagnie française, "et ce n’est que le début de la saison".

Une nouvelle clientèle prend le bus, celle qui avant prenait l’avion ou la voiture et qui préfère maintenant se tourner vers une solution de transport moins onéreuse. Et puis, tant Flixbus que Bla-Bla Car constatent l’arrivée d’une clientèle qui prenait les trains "Izy", des trains "low cost" qui ont été supprimés récemment. "Conséquence, cet été, une trentaine d’allers-retours par jour sont proposés entre Bruxelles et Paris, destination forte. Et nous ne répercutons pas la hausse des carburants sur le prix des billets de bus car notre stratégie pour l’instant est de pratiquer des prix très bas", précise le porte-parole de Flixbus. Même politique de prix le plus bas possible chez Bla-Bla Car : "Chez nous, vous pouvez réserver pour le jour même, les voyageurs peuvent se décider jusqu’à la dernière minute".

On cherche des chauffeurs

La situation dans le secteur aérien et dans le secteur ferroviaire rend les voyageurs méfiants. Des compagnies aériennes, comme Lufthansa par exemple, ont déjà annoncé la suppression de nombreux vols cet été à cause du manque de personnel. Mais c’est aussi la logistique au sol qui pose problème dans différents aéroports européens. En Belgique, les grèves annoncées chez Ryanair et Brussels Airlines inquiètent les vacanciers. En France, les trains sont complets et il est question de grève à la SNCF. Les trains sont Les voyageurs préfèrent anticiper ces difficultés et se tournent vers les voyages en bus.

Mais les compagnies de bus à bas coût n’échappent pas au manque de personnel. Elles recherchent aussi des chauffeurs qualifiés. En Belgique, les lignes Bruxelles- Paris – Amsterdam rencontrent un grand succès. Il est possible de voyager vers l’Espagne, le nord de l’Italie, la Suisse. L’offre de voyages en bus reste parmi les plus compétitives sur le marché des transports, à condition d’avoir le temps.

Sur le même sujet

En vacances sur les côtes françaises ? Les drapeaux de baignades ont changé, mode d’emploi

Voyages

Voyages : où faut-il porter un masque ? Où doit-on montrer un pass pour rentrer ? Notre carte interactive des mesures Covid en Europe

Coronavirus

Articles recommandés pour vous