Tipik - Pop Culture

Beyoncé en concert privé à Dubaï : pourquoi ça passe mal

Beyoncé en concert privé à Dubaï

© Getty images

Quatre ans après son dernier concert, Queen B a donné un show privé ce samedi à Dubaï pour l’inauguration d’un hôtel de luxe. Après l’effet de surprise de revoir la chanteuse sur scène, après le second effet de surprise de découvrir sa fille Blue Ivy pour un extrait de la BO du Roi Lion, et après avoir souligné la qualité de la performance, place aux critiques.
 

1h30 de concert, 19 chansons (aucune de son nouvel album Renaissance) et un cachet faramineux : le chiffre de 24 millions de dollars est avancé. 1500 spectateurs triés sur le volet (Kendall Jenner, Liam Payne, Rebel Wilson…) et priés d’éteindre leur portable, même si des images ont quand même circulé sur les réseaux. Robbie Williams et la Swedish House Mafia ont aussi participé à cette petite sauterie.

Mais à présent, nombreux sont ceux qui s’insurgent : comment la chanteuse, défenseuse de la communauté LGBTQIA +, a-t-elle pu se produire aux Émirats arabes unis, un État qui considère l’homosexualité comme illégale et fait pratique les arrestations homophobes, avec des sanctions allant de peines de prison jusqu’à la peine de mort ?

Et tant des internautes que la presse et des organismes de défense des droits humains relèvent le fait que son dernier album est justement une ode à la communauté noire et LGBT : "Un album spécialement dédié à son oncle gay pour finir par se produire à Dubaï, dans un des pays les plus LGBTphobes au monde, ou l’homosexualité reste théoriquement passible de la peine de mort", dénonce sur Twitter Sébastien Tüller, responsable des questions LGBTQIA + chez Amnesty France.
Loading...
Quand l’argent n’a plus d’odeur
 
Lorsqu’il s’agit d’empocher un chèque à 6 zéros, certaines célébrités n’ont que faire de leurs prétendues valeurs. Et si elles sont déjà très riches, elles ne rechignent pas à l’être davantage. Ainsi ce genre de concert privé chelou n’est pas nouveau. Après que Mariah Carey avait chanté devant le clan Kadhafi en 2008, elle avait récidivé quelques années plus tard pour la famille du dictateur Dos Santos en Angola.
 
Et lorsque les fans ou les organismes de défense des droits de l’homme font pression sur eux/elles pour qu’ils annulent ces concerts, certains cèdent pendant que d’autres font la sourde oreille. En 2019, par exemple, Nicki Minaj s’est retirée du Jeddah World Fest en Arabie saoudite. Mais en 2021, Justin Bieber s’est tout de même produit au Grand Prix d’Arabie saoudite.
 
Sinon, il y a toujours la tactique des excuses : la star y va, mais s’excuse ensuite, prétextant qu’elle ne savait pas. Exemple en 2013 avec Jennifer Lopez qui s’était excusée d’avoir chanté "Joyeux anniversaire" au président et dictateur du Turkménistan, la pauvre n’était pas au courant de la question des droits de l’Homme dans ce pays autoritaire.
 
Enfin, la pénitence ultime consiste à accepter l’invitation, s’excuser ensuite puis redistribuer son cachet à des associations. Ce fût le cas d’ailleurs le cas de… Beyoncé ! En 2009, la chanteuse avait donné un concert privé à la famille Kadhafi. Rattrapée deux ans plus tard en pleine révolution libyenne, son agent avait alors joué cette carte du Bon Samaritain : "Tout l’argent payé à Beyoncé pour sa prestation […] a été donné il y a plus d’un an aux victimes du tremblement de terre d’Haïti". Refera-t-elle la même pirouette ? À suivre dans les prochains jours puisque Queen B n’a pas encore réagi.
Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous