Cinéma

Berlinale 2023 : un documentaire français sur la psychiatrie remporte l'Ours d'Or

French director Nicolas Philibert poses with the "Golden Bear for Best Film" during the award ceremony of the 73rd Berlinale International Film Festival in Berlin, on February 25, 2023.  Jörg Carstensen / POOL / AFP

© Belga

Par Belga, édité par Victor de Thier

"Sur l'Adamant", un documentaire du Français Nicolas Philibert sur une péniche parisienne accueillant des personnes atteintes de troubles psychiques, a remporté samedi l'Ours d'Or du festival du film de Berlin.

Deux décennies après l'immense succès de "Etre et avoir", le documentariste de 72 ans quitte les bancs de l'école pour cette plongée dans l'univers psychiatrique, premier film d'une trilogie à ce sujet. Sans voix-off, scrutant les visages des patients accueillis chaque jour dans cette structure unique où une grande liberté leur est laissée, "Sur l'Adamant" est "une tentative de renverser l'image que nous avons des personnes atteintes de folie", a expliqué Nicolas Philibert en recevant son prix. "Les personnes les plus folles ne sont pas celles que l'on croit", a ajouté le réalisateur de ce documentaire au long cours, dans lequel la frontière entre soignants et patients finit par se brouiller. 

On peut y voir des patients participer à des ateliers thérapeutiques ou artistiques, mais aussi oublier leur statut de malade pour construire une vie commune, aidant par exemple au contrôle du budget. Des documentaires sont régulièrement sélectionnés dans les grandes compétitions internationales de cinéma, mais assez rarement primés.

Un autre Français, Philippe Garrel, 74 ans, a reçu l'Ours d'Argent du meilleur réalisateur pour "Le Grand Chariot", un film aux airs de testament artistique tourné avec ses enfants.

Le jury, qui comptait également les anciens titulaires de l'Ours d'Or Radu Jude et Carla Simon, ou l'actrice franco-iranienne Golshifteh Farahani, a également récompensé la performance d'une fillette de 8 ans, l'Espagnole Sofia Otera, pour son rôle dans "20.000 especies de abejas" ("20.000 espèces d'abeilles"). L'actrice en herbe a reçu, les larmes aux yeux comme une grande, le prix de la meilleure interprétation, qui est non-genré et remplace à Berlin celui du meilleur acteur ou de la meilleure actrice. Dans le film, signé de l'Espagnole Estíbaliz Urresola, elle joue un enfant de neuf ans, né garçon et qui se considère comme une fille.

La question du genre et de la transidentité, sur lesquelles de plus en plus de cinéastes se penchent, a été présente à plusieurs reprises dans le palmarès. L'Autrichienne Thea Ehre, très active pour le droit des transexuels, a reçu le prix d'interprétation pour un personnage secondaire pour son rôle dans "Till The End of The Night", et le penseur Paul B. Preciado, figure incontournable sur ces questions, a été récompensé dans les sections parallèles pour son premier film ("Orlando, ma biographie politique").

Au-delà du compétition, cette 73e édition a permis à la Berlinale de renouer avec la normalité, après les restrictions liées au Covid, et a vu un certain nombre de stars revenir. On a notamment pu voir Sean Penn, venu présenter un documentaire sur ses pérégrinations dans l'Ukraine en guerre, le chanteur Bono et le légendaire réalisateur Steven Spielberg, qui a reçu un Ours d'or d'honneur.

Inscrivez-vous à la newsletter à la Chronique de Hugues Dayez

Chaque mercredi, recevez dans votre boîte mail la chronique du spécialiste Cinéma de la RTBF sur les sorties de la semaine.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous