Tennis

Benoît Paire à Wimbledon "pour toucher le chèque" : "Le tennis, je l’ai aimé… et maintenant, je le déteste "

" Le tennis, je l’ai aimé… et maintenant, je le déteste " : nouvelle descente aux enfers pour Benoit Paire

© AFP

28 juin 2022 à 13:48 - mise à jour 28 juin 2022 à 13:51Temps de lecture1 min
Par Erik Libois

Un petit tour (de gazon), et puis s’en va : malgré le gain du premier set, Benoît Paire n’a pas tenu longtemps à Wimbledon. De quoi faire ressurgir ses vieux démons. Et donner lieu à une confession poignante.

Ecarté dès le premier tour, lundi, à Wimbledon par son compatriote Quentin Halys (4-6, 6-1, 6-2 et 6-4), Benoit Paire touche à nouveau le fond. Retombé à la 73e place mondiale, celui qui fut un jour 18e à l’ATP envisage de faire une pause, et même d’arrêter sa carrière, s’il ne vient pas à bout de " ce qui s’agite dans sa tête " (sic).

En conférence de presse d’après-match, le Français a confié faire appel à un thérapeute… et à l’hypnose pour tenter de résoudre son mal-être.

Actuellement, j’ai un dégoût du tennis. Ces derniers temps, dès que je mettais le pied sur le court, j'avais envie de fuir. Quand je suis sur le terrain, j'ai des boules d'angoisse. Ce sport, je l’ai aimé… et maintenant, je le déteste. Sur le terrain, j’ai peur… "

" Je suis venu ici pour toucher le chèque "

Ce vide se reflète dans les statistiques du match de lundi : Paire n’a passé que 60% de ses premiers services, a commis 13 doubles fautes et raté 3 balles de break sur 4. A All England, Paire s’est surtout présenté en manque de tout, physique et mental.

" Le tennis, je l’ai aimé… et maintenant, je le déteste " : nouvelle descente aux enfers pour Benoit Paire
" Le tennis, je l’ai aimé… et maintenant, je le déteste " : nouvelle descente aux enfers pour Benoit Paire AFP

Depuis Roland-Garros, je n’ai joué que 3 heures et demie à l’entraînement. Je n’ai fait que deux entraînements sur gazon. En fait, contre les conseils de mon entourage, je ne suis venu ici que pour toucher le chèque. 60.000 euros pour une exhibition ? J’y vais… "

Voilà qui a le mérite de l’honnêteté. Joueur surdoué mais fantasque, fort en gueule et colérique sur le terrain, collectionneurs d’amendes et de raquettes brisées, Benoit Paire a une carrière parsemée de frasques en tous genres, comme son exclusion des Jeux Olympiques de Rio en 2016 et sa non-convocation pour ceux de Tokyo en 2021. A 33 ans, c’est son avenir tout court qui se joue. Et il le reconnaît aisément.

Je dois trouver des solutions, mais ce ne sera pas du jour au lendemain : c’est un travail sur la durée. Si je n’y arrive pas l’année prochaine, j’arrêterai. J’ai des choses beaucoup plus intéressantes à faire à côté du tennis… "

Articles recommandés pour vous