RTBFPasser au contenu

Belgique

Benoît Lutgen: "Le cdH ne sera jamais le cache-sexe d'une coalition"

 Benoît Lutgen: "Le cdH ne sera jamais le cache-sexe d'une coalition"
07 sept. 2014 à 11:32 - mise à jour 07 sept. 2014 à 13:362 min
Par Jean-Claude Verset

Avec, au menu, l’incontournable discours du président du parti, Benoît Lutgen qui a insisté sur "le respect de ses engagements".

D'abord en Wallonie et à Bruxelles en termes de moyens pour l'enseignement, pour les crèches et pour l'emploi des jeunes notamment. Engagement aussi au fédéral de ne jamais aller au pouvoir avec la N-VA.

"Nous, le cdH, avons respecté notre engagement: la parole donnée de ne pas vouloir aller au pouvoir à n’importe quel prix, votre cd-H a osé cette révolution. Talleyrand affirmait qu’en politique, ‘il n’y a pas de convictions, il n’y a que des circonstances’. C’est radicalement faux. Les actes qui ne suivent pas les paroles éloignent chaque jour les citoyens de la politique. Le respect des engagements est tout simplement une obligation démocratique. Le cdH ne sera jamais le cache-sexe d’une coalition qui n’assume pas ses choix. Il ne sera jamais d’alibi à ceux qui cherchent vainement à se donner bonne conscience.", a-t-il affirmé lors de la "journée des familles" organisée par le parti humaniste au domaine de Wégimont à Soumagne, en province de Liège, pour la rentrée politique devant quelque 850 militants, mandataires et l'ensemble de ses ministres régionaux et communautaires.

Il a au passage égratigné le MR en rappelant que durant la campagne électorale qui a précédé les scrutins du 25 mai dernier, tous les partis francophones s'étaient engagés "la main sur le coeur, devant les électeurs", à ne jamais s'associer avec la N-VA. "Mais à l'évidence, un 'jamais' n'est pas l'autre. Force est de constater que la main sur le coeur, parfois, n'est pas la main qui mène les négociations", a souligné le président du cdH. "Nous, le cdH, avons respecté notre engagement", a-t-il lancé en notant que "le respect des engagements, c'est tout simplement une obligation démocratique".

Tout comme le nouveau ministre wallon des Travaux publics et de la Santé, Maxime Prévot, M. Lutgen a promis que le le cdH serait, dans l'opposition au fédéral, "résolument offensif et constructif" pour faire respecter ce qui fonde la Belgique: une sécurité sociale forte et moderne, des soins de santé de qualité et accessibles à tous, une fiscalité juste et efficace, le respect de chacune des Communautés.

Selon son président, le cdH sera "intraitable" pour que la 6ème réforme de l'Etat - négociée notamment par Melchior Wathelet, devenu ministre de l'Intérieur dans le gouvernement démissionnaire - soit pleinement mise en oeuvre, avec la création de la communauté métropolitaine rassemblant autour de Bruxelles les provinces des deux Brabants.

Il a par ailleurs insisté sur la "marque humaniste" qui figure dans le programme des gouvernements régionaux et communautaire auxquels le cdH participe, principalement avec le PS. Ces gouvernements "sont aujourd'hui en ordre de marche et au travail".

"Ils fondent leur action sur un projet, solide et ambitieux. La marque humaniste y est omniprésente", a dit M. Lutgen, en citant les exigences du cdH en matière d'éducation, d'emploi, de développement des entreprises, d'environnement.

"Nous avons aussi posé nos exigences d'entrée de jeu: pas de nouveaux impôts. Il a fallu du temps pour convaincre, mais le cdH a atteint ces objectifs", a-t-il fait valoir en rappelant la ligne centriste de son parti, favorable à un modèle axé sur le développement humain, entre les systèmes capitaliste et socialiste.

Fabien van Eeckhaut avec Belga

Journée des familles au CDH

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous