Entrez sans frapper

Benjamin Biolay : "Quand j’écris, je suis encore ce type de vingt ans qui n'a pas d'enfants"

Benjamin Biolay pour son album "Saint-Clair"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Deux ans après Grand PrixSaint-Clair, le dixième album de Benjamin Biolay, sort ce vendredi. L’artiste qui a remporté l’édition 2021 des Victoires de la musique l’année de ses vingt ans de carrière est l’invité d'Entrez sans frapper. Parmi les dix titres qui composent son nouvel opus, Jérôme Colin a choisi de disséquer quelques paroles de (Un) Ravel avec son auteur et interprète. Extraits choisis.

Je crois que je suis mort une première fois au fond d’une salle de classe

"C’est un souvenir précis de me dire : cette société-là, elle n’est pas pour moi. Il va falloir que je me tire, il va falloir que j’arrête de vivre chez mes parents, d’aller dans cette école de merde… Je suis en train de crever"

De cinq à seize années, c’est mieux qu’on fasse l’impasse

"A 16 ans, c’est la découverte de l’altérité. La femme c’est tout ce qu’on aime, et que l’on n’est pas. Les gens très agnostiques, très fermés à tout ce qui est mystique, ils croient quand même à l’Amour, à une force surnaturelle qui va les changer du tout au tout. C’est quand même du mysticisme de penser que l’Amour va arriver et changer la vie."

J’ai transpercé des cœurs si purs, trop lâche pour me punir moi-même

"L’amour c’est une question de foi en l’autre. Quand on déçoit la foi qu’on avait réussi à susciter c’est dur."

Loading...

Je suis mort une deuxième fois sur scène dans le plus simple appareil

"Le jour où je suis monté sur scène la première fois sous mon nom, j’avais beau avoir un costume, j’avais l’impression d’être complètement à poil, et j’avais l’impression de crever. C’était à l’Elysée-Montmartre, je m’en souviens comme un truc atroce. C’était horrible, j’allais jamais y arriver, puis il y a eu une pulsion de vie, un soubresaut qui m’a fait tenir jusqu’à la fin du concert, puis celui d’après, et ainsi de suite. Puis c’est devenu plus agréable. Je prends un plaisir fou en fait, c’est normal qu’il y ait un prix à payer."

J’espère que ma progéniture ne me prendra pas pour un nanti

" Evidemment que non, j’ai des enfants et ils savent très bien que ce n’est pas le cas. Je me suis dit c’est marrant, t’es encore ce mec de vingt piges qui n’a pas d’enfants encore, qui est encore un nomade. J’ai cet âge qui n’a pas bougé, qui est l’âge du mec qui prend sa guitare et qui compose. Quand j’écris, je suis encore ce type-là."

► Écoutez l'entièreté de l'interview dans le podcast ci-dessus.

© Tous droits réservés

Sur le même sujet

Benjamin Biolay raconte ses inspirations pour son nouvel album "Saint-Clair"

Le 8/9

Le nouvel album de Benjamin Biolay, "Saint-Clair" est n°1 des ventes

Le 6/8

Articles recommandés pour vous