RTBFPasser au contenu
Rechercher

Comics Street

BD : ''Semences''

Semences -
23 févr. 2022 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Thierry BELLEFROID

On vous emmène aux Etats-Unis, avec un roman graphique américain en noir et blanc et on sait déjà qu’on est loin des histoires de superhéros à la Marvel.

Une chose très particulière au marché américain, c’est que les mêmes auteurs se retrouvent à travailler sur des licences aussi connues que ''Daredevil'', ''Superman'' ou ''Catwoman'' et sur des projets très personnels qu’ils publient dans des maisons d’édition spécialisées, comme Dark Horse Comics. D’un côté, il faut donner le meilleur de soi-même au service d’un univers codifié afin d’atteindre les objectifs d’une industrie de l’entertainment tournée vers le cinéma. De l’autre, on explore des espaces de liberté comme une récréation entre deux projets lucratifs. Ann Nocenti et David Aja sont dans ce cas de figure. Et avec ''Semences'', ils sont partis à 180 degrés des univers dans lesquels ils ont fait leurs armes pour nous proposer une dystopie très, très sombre. Dans une première version, il s’agissait de se pencher sur la chasse aux scoops et les fake news. Le projet n’a pas abouti. Il a donc été recyclé et amplifié dans cette histoire où l’on suit l’enquête d’une jeune journaliste exploitée par une patronne d’un cynisme absolu. Nous sommes dans un futur indéterminé. Le monde est en pleine décomposition. Derrière le Mur, des réfractaires à la modernité se sont retranchés, refusant toute technologie. Astra, jeune journaliste idéaliste, veut aller les voir de près.

C’est à la fois une dystopie, une fable, un récit de science-fiction ; ''Semences'' enjambe les genres. Tout démarre quand la journaliste Astra assiste, médusée, à une scène entre une jeune humaine et un extraterrestre, qui n’a rien à faire là. Les Alien sont donc sur terre. Pourquoi ? Eh bien, c’est là l’originalité de cette histoire. Ce sont un peu des fossoyeurs, ou des anges de la mort. Leur venue annonce forcément la fin. Car on ne les envoie que sur les planètes sur le point de disparaître, où ils récoltent, sans aucune forme d’empathie, toutes les semences disponibles. L’un d’entre eux s’intéresse pourtant à une humaine, et il va même s’accoupler, avec, à la clé, la possibilité de récolter une graine supplémentaire, celle du fruit de leurs amours interdites. Astra se retrouve prise au milieu de tout ça, partagée entre besoin de vérité et responsabilité collective.

On assiste à une réflexion sur le journalisme, ou en tout cas, la question de la vérité, est bel et bien au cœur de cette histoire. Mais Ann Nocenti et David Aja vont bien plus loin. Avec une bichromie rehaussant le noir et blanc d’aplats vert olive et le recours à des trames qui salissent, dégradent presque, l’image, ils nous plongent dans un monde miroir où les enjeux sont ceux des choix de société d’aujourd’hui. Qu’est-ce qui nous sauvera ? La science ou la nature ? La vérité ou le mensonge ? Un livre assez vertigineux qui se lit comme on dévore une série d’anticipation.

''Semences'', d’Ann Nocenti et David Aja, chez Futuropolis

Comics Street

''Semences'', d’Ann Nocenti et David Aja, chez Futuropolis

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Les Nouvelles Aventures de Lapinot, tome 6 : Par Toutatis !''

Comics Street

BD : ''Breakwater''

Comics Street

Articles recommandés pour vous