Comics Street

BD : ''Les Nouvelles Aventures de Lapinot, tome 6 : Par Toutatis !''

 Lapinot, tome 6 : Par Toutatis !''
29 juin 2022 à 11:45Temps de lecture3 min
Par Thierry BELLEFROID

Dernière suggestion BD de la saison, avant la pause estivale, voici un album dont la couverture rappelle immédiatement un univers connu : celui d’Astérix & Obélix. ''Par Toutatis !'', c’est le titre de cette bande dessinée qui affiche clairement sa parenté avec l’univers inventé par René Goscinny et Albert Uderzo dans les pages du célèbre magazine Pilote à la fin des années cinquante.

Et si l’on reconnaît le village gaulois, la silhouette de Panoramix le druide, ou un Obélix plus ou moins ressemblant en couverture, celui qui figure aux côtés du célèbre livreur de menhirs n’est pas Astérix : c’est Lapinot, un héros zoomorphe inventé par Trondheim il y a une trentaine d’années. Il porte bel et bien les mêmes habits et accessoires que le Gaulois, mais la ressemblance s’arrête là. Lewis Trondheim nous propose donc sa version parodique de la série francophone la plus vendue dans le monde. Et évidemment, ça pique un peu yeux, car Trondheim n’a peur de rien. Cette nouvelle aventure de Lapinot est à la fois totalement fantaisiste et absolument conforme au canevas des albums de la série originale : il y a des Romains qui prennent des baffes, des sangliers qui se font manger, des pirates dont le bateau coule, un risque encouru par le petit village qui résiste encore et toujours à l’envahisseur et bien entendu un banquet à la fin. Bref : ça a la couleur d’un Astérix, mais ça n’en est pourtant pas un. Au départ de l’histoire, Lapinot se réveille dans le costume du petit Gaulois, victime d’une téléportation sauvage. Après s’être demandé s’il rêvait, ou s’il était dans le parc d’attractions situé au nord de Paris, le personnage comprend que ça ne rigole pas et que la potion magique, c’est bel et bien de la bombe.

Une parodie qui se montre respectueuse de l’univers, mais aussi iconoclaste. Trondheim joue sur les mises en abîmes pour aller plus loin que la simple transposition de l’univers d’Astérix. Aidé par la potion magique, Lapinot se débarrasse facilement d’une patrouille romaine, mais contrairement à ce qui se passe dans les albums, la violence est ici vue comme réelle : le sang gicle de partout et au final, les Romains meurent. Tout cela permet à Trondheim d’être à la fois dedans et dehors. On est sans cesse balancé entre une presque vraie aventure d’Astérix et Obélix et un méta discours sur les codes de la bande dessinée. C’est à la fois drôle, irrévérencieux, facétieux, intelligent et totalement inédit.

Est-ce qu’on pourrait confondre avec un véritable album d’Astérix ? Il y a une volonté de capturer une part du très large public que drainent les aventures des Gaulois. D’une part, on sent le respect et même l’amour que porte Trondheim aux personnages de Goscinny et Uderzo. De l’autre, on ne pourrait pas se tromper un seul instant. Dès la couverture, le personnage de Lapinot en Astérix indique la faille. D’autant qu’un autocollant précise : " Attention, ceci n’est pas un album d’Astérix. Parodix ! " Le plus amusant est de constater que l’univers créé par Uderzo est si connu et codifié qu’on peut faire entrer le lecteur facilement dans une parodie en utilisant ces codes : couleur, architecture du village, personnages connus ou gags récurrents. Il n’est même pas nécessaire de dessiner comme Uderzo. Quand un univers est aussi installé dans l’imaginaire collectif, c’est qu’il y a du génie derrière. Trondheim le sait très bien.

''Les Nouvelles Aventures de Lapinot, tome 6 : Par Toutatis !'' de Lewis Trondheim, L’Association

Comics Street

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Sanctuary – Perfect Edition, Tome 1''

Comics Street

BD : ''Ténébreuse, Livre Second''

Comics Street

Articles recommandés pour vous