Comics Street

BD : ''Le Serpent et le Coyote''

Le Serpent et le Coyote

© Matz & Xavier

Cap sur les États-Unis, pour un road-trip très réussi, 'Le Serpent et le Coyote'', c’est le nom de cette histoire de 150 pages en grand format et en couleurs façon cinémascope, qui nous entraîne dans les plus beaux paysages américains sur les traces d’un homme se faisant appeler Joe.

Nous sommes en 1970. Et Joe vit sur la route, dans son camping-car, passant sans cesse d’un état à l’autre, privilégiant les zones non habitées de l’Arizona, de l’Utah ou du Colorado. Le Serpent, du titre, c’est lui. Son fusil à portée de main, il joue chaque jour sa survie. Et son meilleur atout est sa mobilité. Qu’a-t-il fait pour en arriver là ? Je ne vais pas tout vous dévoiler, mais sachez que deux tueurs sont à ses trousses et que de très gros intérêts sont en jeu.

On l’aura compris, on est dans le registre du polar. Plutôt parodique ou plutôt réaliste ? Le ton est réaliste. Matz, le scénariste, à qui l’on doit des dizaines de scénarios très noirs – dont la série ''Le Tueur'' avec Jacamon chez Casterman -, est un spécialiste du genre. ''Le Serpent et le Coyote'' n’est pas sa première collaboration avec Philippe Xavier. Ils ont déjà réalisé en duo six volumes d’une série d’aventure bien charpentée, ''Tango'', qui devrait bientôt connaître un développement au cinéma. Les deux auteurs se connaissent bien, donc, et ça se sent. Leur méthode de travail est rodée. Régulièrement, ils crapahutent sac au dos d’un bout à l’autre du continent américain et en profitent pour imaginer ensemble des histoires. Cette fois, ils se sont offert le nombre de pages suffisant pour que le dessinateur puisse donner toute la mesure de son talent dans les ambiances et les paysages. Il faut dire que Philippe Xavier les connaît bien, ces paysages. Après quelques années en Amérique du Sud, il a vécu douze ans aux États-Unis, c’est d’ailleurs là qu’il a fait ses gammes de dessinateur, dans le monde du comics. En résultent un dessin et un découpage d’une redoutable efficacité que Philipe Xavier met ici au service d’un drame sous tension permanente.

Pourquoi le choix de placer l’action en 1970 ? L’histoire se passe au tout début du programme de protection des témoins, mis en place aux États-Unis à la toute fin des années 60 pour obtenir des informations capitales dans le cadre des procès des cadres de la maffia. Pour obtenir ces informations de la part de repentis, l’État était prêt à les prendre sous sa protection. C’est le fond historique de cette histoire qui s’inspire de différents personnages réels de l’époque sans avoir la prétention de coller à la réalité. Les auteurs ont préféré composer leur propre récit et camper des personnages hauts en couleur, ce qui leur permet au passage de constamment flirter avec l’humour ou une forme de légèreté tout en nuances, sans jamais perdre de vue la tension nécessaire à ce genre de récit. Une réussite !

''Le Serpent et le Coyote'' de Matz et Xavier, Le Lombard

Comics Street

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Toutes les princesses meurent après minuit''

Comics Street

BD : ''A Prix d’Or'' Tomes 1 et 2

Comics Street

Articles recommandés pour vous