RTBFPasser au contenu
Rechercher

Comics Street

BD : ''Jazzman''

23 mars 2022 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Thierry BELLEFROID

Je vous propose d’écouter du jazz, mais du jazz qui sent le bitume et les clubs interlopes de Harlem… ''Jazzman'', c’est le titre de ce roman graphique, le premier d’un auteur rennois qui partageait jusqu’ici son activité entre la communication et l’illustration.

Mais ne vous fiez pas trop au titre, il ne s’agit nullement d’un livre sur la musique, pas plus que d’une biographie. ''Jazzman'' est une fiction qui utilise des décors et des personnages connus pour mieux les détourner dans une fable poético-politique. Nous sommes à New Story City, une ville qui ressemble à New York City, mais qui est baignée par le Bayuk et non l’Hudson. D’un bout à l’autre de l’histoire, elle est placée sous la neige. Le Vieux Quartier de New Story City est sur le point de disparaître pour satisfaire les appétits d’un jeune maire qui a envoûté ses électeurs. Il règne du haut de la Scrump Tower, un nom qui ne doit bien évidemment rien au hasard. D’accélérations en contemplations, tantôt piano tantôt staccato, on suit les aventures déambulatoires d’un barman embrumé, d’un saxophoniste bien décidé à se débarrasser de son instrument, d’un vagabond directement inspiré du célèbre Moondog qui a écumé les rues de Manhattan pendant quarante ans et d’une jeune fille très débrouillarde nommée Billie. Tout ce petit monde va converger de manière assez labyrinthique vers le siège du pouvoir pour remettre en question l’ordre établi.

Du jazz, l’auteur tire ses personnages, la note bleue qui a donné sa couleur au récit, la symbolique de la musique libératrice. Mais pour le reste, l’énergie syncopée du découpage et la rudesse du monde décrit peuvent tout aussi bien être qualifiées de rock and roll. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a quelque chose de profondément musical dans cette histoire qui mêle magouilles politico-financières, scandales urbanistiques, mafia, désenchantement du monde et un brin de science-fiction.

Premier roman graphique, mais je vous rassure : graphiquement, le livre est assez envoûtant. Si c’est la première BD de l’auteur, JOP, on sent qu’il maîtrise le dessin et les ambiances. Les outils utilisés sont tous au service de l’efficacité du récit. Comme la bichromie bleue, tranchant sur un noir qui joue tantôt sur le trait tantôt sur de grands aplats sombres. Les changements de rythme, les personnages qui n’arrêtent pas de se perdre dans une ville en pleine mutation, tout cela régale l’œil. Qui plus est, Albin Michel a misé sur un livre d’une très belle finition qui est agréable à toucher autant qu’à lire, ce qui n’est pas si courant pour une première œuvre. Voilà un auteur dont on reparlera sans doute. Dans un petit cahier graphique final, il dresse le portrait des quelques personnalités réelles dont il s’est inspiré pour nourrir sa fiction.

''Jazzman'', de Jop, chez Albin Michel

Comics Street

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Ténébreuse, Livre Second''

Comics Street

BD : ''Le Ministre et la Joconde''

Comics Street

Articles recommandés pour vous