RTBFPasser au contenu
Rechercher

Comics Street

BD : ''Au-dessus l’Odyssée''

26 janv. 2022 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Thierry BELLEFROID

Un coup de cœur norvégien, paru chez un éditeur suisse et qui fait volontiers référence à la culture classique en la mêlant aux codes les plus pop. Sacré mélange ! Et pourtant, Jason fait partie de ces auteurs qui ont une fois pour toutes épousé une forme, une manière de dessiner et de raconter.

Depuis plus de vingt ans, cet auteur norvégien adopte des pages dune grande clarté, le plus souvent en noir et blanc où, en quelques cases de taille identique, des personnages à tête de chien et doiseau vivent des histoires terriblement proches de nous, pauvres humains. Mais adopter une forme nempêche pas de se réinventer, voire de partir en plein délire, un peu comme lont fait Raymond Queneau ou Italo Calvino, les auteurs de lOuLiPo, lOuvroir de Littérature Potentielle, qui se mettaient des contraintes pour voir comment elles augmentaient leur pouvoir créatif. Cest ce que fait Jason ici quand, par exemple, il décide de nous raconter l’épopée dUlysse à sa façon. Il nen conserve que quelques éléments et le présente comme un film daction américain. Ou quand il raconte ''Crime et Châtiment'' en moins de vingt pages, narré à la manière dun documentaire où tous les personnages apparaissent face caméra.

Quest-ce que ça donne, quand on se fixe de telles contraintes ? C’est tout l’enjeu de ce livre. Des exercices libres et plutôt farfelus ? Pas si farfelus que ça, les délires. En fait, tout ce qui est bizarre, décalé, presque surréaliste, trouve toujours un fondement logique. Quand Jason décide dutiliser Georges Perec, lun des chantres de lOulipo – vous savez, lhomme qui a réussi le tour de force de faire tout un roman sans utiliser le "e" -, eh bien, il en fait un détective privé. Et il lutilise dans une histoire troublante où chaque image est surmontée dune phrase dont la fin est laissée à lappréciation du lecteur. Résultat : on est bousculé, on cherche la logique dune case à lautre, croyant que la phrase va continuer plus loin, jusqu’à ce quon finisse par accepter le jeu.

Très conceptuel tout ça ? Alors, oui, on ne lit pas ''Au-dessus l’Odyssée" comme on lit la dernière BD d’aventure. Mais ici, conceptuel ne rime pas forcément avec intellectuel. Jason convoque une folle équipe tout droit venue de la pop culture : Travolta, Tarantino, le Spock de Star Trek, mais aussi Alain Delon, Elvis ou David Bowie. La dernière page résume à elle seule ce livre de télescopages entre les époques, les genres et les registres d’histoires : elle se présente comme l’affiche d’un film connu, avec un titre en belles lettres toutes clinquantes, façon sixties. Deux personnages sur un dance flor. L’un des deux, l’homme à la tête de chien, adopte une pose à la Travolta, bras en l’air, dans un joli déhanché, habillé d’un pantalon pattes d’eph et de chaussures à semelles compensées. Sur son visage canin, une paire de lunettes et un regard qui louche. Et au-dessus, le titre du film : Sartre Night Fever. Effet garanti !

''Au-dessus l’Odyssée", par Jason, Atrabile

Comics Street

''Au-dessus l’Odyssée", par Jason, Atrabile

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Les Nouvelles Aventures de Lapinot, tome 6 : Par Toutatis !''

Comics Street

BD : ''L’Ours de Causescu''

Comics Street

Articles recommandés pour vous