RTBFPasser au contenu

Histoire des contes

Bayard : le cheval le plus célèbre du Moyen-Age

L’Histoire surprenante des contes de fées

Episode 4 : Le cheval Bayard

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 déc. 2021 à 08:003 min
Par Christian Rousseau

Avant d’être posé par écrit, ce conte a été raconté et chanté il y a fort longtemps par des poètes, dans ce qu’on appelait les chansons de geste. Bien plus qu’un simple récit en vers, il s’agissait là d’un art épique du Moyen-Age, retraçant les aventures fantastiques des grands guerriers d’antan.

Notre histoire commence au VIIIème siècle, l’ère des chevaliers et de leurs fabuleuses épées, des enchanteurs, des fées et des animaux sacrés. Et à propos d’animal sacré, il en est un qui fut grandement célèbre et qui a laissé bien des traces sur notre terre d’Ardenne. Sculptures, statues, bas-reliefs, sa légende est bien ancrée dans notre belle région. Vous l’aurez deviné, il s’agit du cheval magique Bayard…

 

L’histoire

 

Il s’appelle Bayard. C’est un grand cheval à la robe couleur baie, ce qui lui a valu ce nom, Bayard… Baie. Mi-animal, mi-fée, on lui prête une intelligence et des pouvoirs extraordinaires. Il est capable de traverser des régions entières en quelques chevauchées, d’étendre sa croupe à loisir et de porter sur son dos plusieurs chevaliers. Beaucoup d’entre vous ont entendu son nom, peu connaissent sa véritable histoire.

Certains racontent qu’il vient des Ardennes, d’autres du royaume des Francs. Il est vrai qu’il vit en ermite dans la grande forêt ardennaise. Si vous prêtez l’oreille, vous pourrez peut-être l’entendre hennir très clairement lors de la fête de la Saint Jean. Mais en réalité, c’est en Italie que tout a commencé. Bayard est né d’un serpent et d’un dragon. Prisonnier du volcan de l’île de Boccan, en Sicile, c’est l’enchanteur Maugis qui vint un jour l’en délivrer… 

Bayard était enchaîné dans une grotte depuis des années quand, un jour, il entendit des cris et des hurlements tels que toute la montagne en trembla. Apparut une grande bête qui se tenait toute droite sur ses pieds. On aurait dit un ours, mais il avait aussi deux grandes cornes et une queue de goupil. L’ours s’avança dans la grotte et aperçut Bayard. Il se dirigea tranquillement vers le cheval. Mais la mère de Bayard, un horrible serpent, sortit de sa tanière. Elle était grande et forte.

De sa grosse tête horrible et démesurée, elle repoussa le visiteur, qui tira son épée d’or. La bataille dura plus d’un jour et une nuit. Le serpent lançait du feu et des éclairs et l’ours rétorquait à coups d’épée tranchante. A la fin, la peau de l’ours était toute brûlée et le serpent n’était plus qu’une bête agonisante. Un ultime coup lui fut porté et l’âme du reptile s’éleva alors. Bayard ne fut pas triste, car sa mère ne lui avait jamais témoigné la moindre affection. Pas plus que son père le dragon. Tous deux le retenaient captif depuis des années. 

Bayard hennit de joie et toute la roche de Boccan en trembla. A ce moment-là, il aurait volontiers rejoint ce hardi combattant mais son père le dragon de Boccan arriva. Quelle ne fut pas sa surprise d’entendre l’ours lui lancer des incantations ! Il dut l’ensorceler car le dragon s’envola et rendit enfin au cheval sa liberté. C’est alors que l’ours se défit de sa peau, retira ses cornes et sa queue. Apparût un très beau chevalier aux cheveux blonds, courts et ondulés. C’était Maugis l’enchanteur.    

 

L’origine du conte

Le cheval Bayard s’est surtout fait connaitre grâce à deux célèbres chansons de geste : celle de Renaut de Montauban qu’on appelle aussi La chanson des Quatre Fils Aymon : c’est la plus célèbre en Belgique parce que c’est dans cette légende que Bayard est jeté dans la Meuse par Charlemagne et s’enfuit dans la forêt ardennaise. 

On retrouve également Bayard dans La chanson de Maugis D’Aigremont, qui est l’histoire que nous avons choisi de vous faire écouter car elle revient sur les origines du célèbre cheval. Et finalement cette histoire qui a été écrite dans un second temps est une introduction à la légende bien connue. 

Mais en réalité, la légende de Bayard est encore antérieure à ces deux chansons de geste : il faut le rappeler, tous ces récits médiévaux ont été chantés oralement pendant des générations, avant d’être mis par écrit. 

Aussi, si Bayard devient le cheval le plus célèbre du Moyen-Age, on pense qu’il est beaucoup plus vieux et qu’il est issu de la mythologie celtique ou d’autres croyances païennes. Certains mythographes font même remonter son origine au géant Gargantua - lui-même issu d’une divinité́ celtique - ou à Grand’ jument, un animal solaire créé́ par Merlin l’enchanteur…

Sur le même sujet

07 janv. 2022 à 14:00
3 min
06 janv. 2022 à 14:00
3 min

Articles recommandés pour vous