Bataille des Ardennes : le 19 décembre 1944, des civils désarmés sont massacrés par les SS à Parfondruy, près de Stavelot

Le massacre de Stavelot en décembre 1944

© Archive RTBF

Le 18 décembre 1944, la ville de Stavelot se trouve au cœur de la bataille des Ardennes, la dernière grande offensive allemande. Découvrant un pont resté intact sur l'Amblève, une division blindée de SS se rue à l'assaut de la ville défendue par les Américains. Après plusieurs heures de combat acharné, les GI's doivent abandonner le pont et reculer sur la colline. Les SS de la colonne Peiper ont pour ordre de nettoyer la vallée. Ils s'exécutent d'une manière abominable. Le 19 décembre 1944, les habitants de Ster, Renardmont et Parfondruy, sur les hauteurs de Stavelot, voient arriver des chars allemands qui sont aussitôt pris pour cible par l'artillerie américaine.

A Parfondruy, une dizaine d'hommes assistent à ces combats. L'un d'entre eux, Henri Delcour, se souvient : "Des soldats nous crient de lever les mains. En nous retournant, nous croyons que ce sont des soldats américains. Mais en réalité ce sont des SS qui sont habillés avec des uniformes américains. Ils ramassent tout le groupe et nous font marcher devant eux. Ils nous mènent à la première ferme, 100 mètres plus loin. Ils fouillent la ferme et ramassent ceux qui se trouvent là. Ils nous disent d'entrer l'un après l'autre dans une remise. Une dame qui parle allemand essaie de parlementer. Au moment où elle ouvre la porte, elle est immédiatement tuée. Sa belle-fille et ses deux enfants sont aussi tués. Le mari, qui s'est réfugié au grenier, a pu s'échapper".

Bataille des Ardennes: témoignage d'un survivant du massacre de Parfondruy (Stavelot)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Henri Delcour poursuit : "Nous hésitons à entrer dans la remise. Ils tuent au revolver une dame qui ne veut pas rentrer. Au moment où je vois cela, je reçois un coup de crosse sur la tête et je suis éjecté dans le hangar. Les SS mettent une mitrailleuse à l'entrée de la remise, la chargent et commencent à tirer. Nous étions 28 et ils nous ont tiré dessus. Moi je m'étais laissé tomber et je faisais le mort. Plusieurs personnes sont tombées sur moi, certains agonisaient. Il y avait un boucan indescriptible. Un soldat allemand est entré dans la remise, revolver au point. Tous ceux qui bougeaient étaient achevés d'une balle dans la nuque. Puis je n'ai plus rien entendu, j'ai cru que j'était le seul survivant. J'avais reçu un coup de crosse sur la tête et j'avais une balle dans la jambe. Les SS ont foutu de la paille et des morceaux de bois à l'entrée du hangar et ils y ont mis le feu. Mes pieds commençaient à brûler. Alors je me suis dit que je devais foutre le camp : je préfèrerais être tué tout de suite dehors qu'être brûlé vif. J'ai traversé tous les cadavres et je suis sorti par le fond du hangar".


►►► A lire aussi : Retrouvez tous nos articles sur les 75 ans de la bataille des Ardennes


"J'ai sucé des glaçons pour donner à manger à mon bébé"

Lucie Delcour, une autre habitante de Parfondruy, se souvient des événements tragiques de décembre 1944. Alors que des civils sont massacrés dans le village, elle se réfugie dans les bois des environs avec son bébé âgé de deux mois, emmitouflé dans une couverture. "J'ai passé deux jours et deux nuits dans les bois. Il faisait tellement froid qu'il y avait des glaçons, il gelait fort. J'ai sucé des glaçons pour donner à manger à mon bébé, qui n'a pas dit un mot. Il y avait une tranchée et les Boches se battaient contre les Américains. J'ai dû traverser la tranchée, j'ai été bénie parce que j'avais mis le drap blanc de mon bébé avec une branche de sapin, puisque je me rendais. On avait toujours dit qu'on se rendait avec un drap blanc. Je suis restée contre une pierre, là un soldat m'a tenu en joue bien longtemps. Après deux jours je suis rentrée par un petit chemin. Les combats faisaient toujours rage près d'une ferme. Une habitante de cette ferme m'a fait signe de m'approcher, mais mes jambes étaient gelées. Je tenais mon bébé comme je pouvais. Il avait la tête penchée et son corps était couvert de coups. J'ai ensuite voulu rentrer à ma maison. Là, la voisine m'a dit de venir, mais en rampant le long de la maison. Parce que les Allemands étaient postés sur les toits des maisons et visaient tous ceux qui passaient. Je me suis réfugiée là et, deux jours après, mon bébé mourait dans d'atroces souffrances, malheureusement. On a commencé à chercher des planches et j'ai mis mon bébé dans un petit cercueil que j'ai fabriqué comme j'ai pu. Quand on est seul et dans la peine…"

"Mon papa était brûlé, mais où était-il? On l'a retrouvé : il restait trois doigts, avec son alliance. Tous nos voisins étaient carbonisés. J'ai mis Papa dans un essuie. Et j'ai mis mon bébé dans la maison où il y avait d'innombrables tués", ajoute encore Lucie Delcour.

Au total, 24 personnes désarmées ont été mitraillées dans la grange à Parfondruy. Ces faits ont été commis par des membres SS de la colonne Peiper.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous