RTBFPasser au contenu

Cuisine

Basque Culinary World Prize : les cuisinier.e.s au service de la société ou de l’environnement

La cheffe Fatmata Binta entend mieux faire rayonner la culture culinaire peule, et pour cela elle vient de recevoir le prix Nobel de la gastronomie
22 juin 2022 à 10:302 min
Par RTBF avec AFP

Le prix mondial culinaire basque (Basque Culinary World Prize) se distingue en portant l’attention sur les initiatives de cuisiniers et de cuisinières se mettant au service de la société ou de l’environnement.

Ces chefs engagés utilisent la cuisine non pas comme un art mais plutôt comme un moyen de changer la société que ce soit sur un plan environnemental ou social.

Fatmata Binta, lauréate de ce fameux prix cette année

Originaire de Sierra Leone, Fatmata Binta est née dans une tribu peule – appelée aussi Foulani, le plus grand peuple nomade d’Afrique. Après une carrière en relations internationales, la jeune femme décide de se consacrer pleinement à la reconnaissance de sa culture. Elle crée Fulani Kitchen, un concept de restaurants éphémères qui invitent les clients à se déchausser et à manger avec les doigts pour découvrir les coutumes du peuple peul.

Côté menu, on apprend à goûter à des ingrédients de l’Afrique de l’Ouest tels que le mil, le dawadawa, l’égousi, l’ocre ou le baobab. Fatmata Binta a également lancé une fondation au Ghana qui donne l’opportunité à des femmes de devenir propriétaires de terres. Celles-ci peuvent aussi cultiver et vendre du fonio, une plante herbacée très courante en Afrique occidentale.

Repenser le monde de demain grâce à la cuisine

Envisager la cuisine comme un bon moyen "de faire progresser la société dans des domaines qui vont de l’innovation sociale à l’éducation et l’alimentation", écrit le Basque Culinary Center, à l’initiative de cette dotation de 100.000 euros. Tel est le leitmotiv de cette récompense internationale qui n’a pas volé son surnom de "Nobel de la gastronomie", dès son lancement en 2016.

Problématique majeure dans les questions de santé publique, l’éducation alimentaire est un de ces thèmes largement représentés par les lauréats du Basque Culinary World Prize. L’année dernière, l’organisation avait permis de mettre en lumière la fondation du chef espagnol Xanty Elias, dont l’objectif est d’apprendre aux nouvelles générations à composer des menus sains. Une initiative qui a toute son importance dans un pays où l’obésité infantile est un problème sérieux, avec plus de 23% d’enfants âgés de 6 à 9 ans en surpoids et 17,3% en situation d’obésité, selon une étude de 2019.

Cuisine et écologie

Le prix mondial culinaire basque est aussi un coup de projecteur sur la nécessité urgente de réduire l’empreinte carbone de notre consommation sur la planète. En ce sens, la récompense avait applaudi en 2019 les projets du chef californien Anthony Myint, à l’origine de "ZéroFoodPrint" qui consiste à prélever 1% du montant d’une addition d’un restaurateur adhérent au système.

Les fonds sont reversés à des agriculteurs pour les aider à mettre en place des pratiques respectueuses de l’environnement ; le but étant d’inciter le déploiement d’une agriculture régénérative, un concept agricole en phase avec la permaculture qui incite les producteurs à préférer le pâturage pour que le dioxyde de carbone contenu dans l’atmosphère soit emmagasiné dans le sol.

Articles recommandés pour vous