Prix de l'énergie

Bart De Wever compare la Belgique à la Grèce : "Nous sommes au bord de la faillite"

Bart De Wever : "Ce pays est en faillite"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le président de la N-VA et bourgmestre d’Anvers Bart De Wever a tenu des propos forts dans De Zevende Dag, rapportent nos confrères de Het Laatste Nieuws. Selon lui, "Le pays est en faillite. Nous sommes la nouvelle Grèce.”

"Ce n’est pas une crise causée par Vladimir Poutine, mais provoquée par l’Europe qui a progressivement supprimé sa production d’énergie au cours de ce siècle", a-t-il affirmé en comparant l’attitude européenne à celle des Américains, désormais exportateurs de pétrole et de gaz.

Derrière l’attitude de l’Union européenne, pour lui, se trouverait un certain "dogmatisme vert" :
"Les normes climatiques ne servent pas à grand-chose si toutes vos entreprises vont en Amérique et en Chine pour produire, alors vous êtes en faillite et le climat n’est pas encore sauvé. C’est la dogmatique verte. Les gens doivent s’en rendre compte de temps en temps."

Evoquant les liens entre écologie et énergie, il a défini la Belgique et l’Allemagne de pays "stupides", ayant décidé de sortir du nucléaire, ce qui les a rendus dépendant du gaz russe.

Pour rappel, le gaz naturel utilisé en Belgique n’arrive que dans une moindre mesure de Russie et de Grande-Bretagne. "Le gaz naturel est principalement importé de Norvège, des Pays-Bas et du Qatar", détaillait il y a quelque mois la Commission belge de Régulation de l’Electricité et du Gaz (CREG). Sous sa forme liquéfiée, le gaz arrive en Belgique en passant par Zeebrugge en provenance du Qatar.

Qu’à cela ne tienne, et comme le rappelle-t-on dans la presse flamande, la fermeture des réacteurs de Thiange 2 et Doel 3 a été actée sous la Suédoise, un gouvernement… Où la N-VA était dans la majorité. Lorsqu’il est interrogé à ce sujet, celui qui se dit un défenseur du nucléaire depuis les années 1980, rétorque : "C’est une loi violet-vert. Nous avons maintenant un gouvernement mauve-vert. C’est la recette d’une catastrophe […] A l’époque, j’étais seul."

La critique des mesures du gouvernement De Croo

Le bourgmestre d’Anvers s’inquiète particulièrement pour des entreprises très énergivores qui gravitent autour du port d’Anvers. En critiquant les actions du gouvernement De Croo, qu’il définit "tardives", Bart De Wever estime que la situation actuelle de la Belgique en termes de dette, dépenses publiques et déficit est "pire que celle de l’Europe du Sud".

Et d’affirmer "Ce gouvernement n’a rien fait à ce sujet. J’ai déjà dit qu’au prochain choc économique, nous serons la nouvelle Grèce. Malheureusement, c’est maintenant. M. De Croo peut dire beaucoup de choses, mais il ne peut rien faire. Il n’y a pas de tampons."

Pour lui, c’est l’Union européenne qui doit maintenant intervenir.

Sur le même sujet

Scandale des écoutes en Grèce : un ex-ministre grec dénonce une"tentative" de surveillance de son téléphone

Monde

L’électricité trois fois moins chère au Portugal et en Espagne que chez nous : comment font-ils et pourquoi ne le fait-on pas en Belgique ?

Economie

Articles recommandés pour vous