RTBFPasser au contenu

Belgique

"Bart De Wever avive les haines, il veut monter les uns contre les autres"

"Bart De Wever avive les haines, il veut monter les uns contre les autres"
26 mars 2015 à 07:40 - mise à jour 26 mars 2015 à 08:283 min
Par Aline Glaudot

L’opposition est parvenue mercredi à retarder le saut d’index. Le texte est ainsi reporté et ne sera pas appliqué dès le premier avril. Une victoire? "C’est en même temps une goutte d’eau et en même temps un océan", commence Laurette Onkelinx. Elle explique que le gouvernement a voulu faire passer à la va vite un dossier très important : "Le projet dont on parle va prendre du pouvoir d’achat aux travailleurs, aux pensionnés, aux familles. Pour une pension moyenne, c’est environ 800 euros sur une année qu’on prend aux pensionnés. Pour les travailleurs c’est deux 2% de leur salaire. On ne parle pas d’un petit dossier. C’est en même temps dire: travailler plus pour gagner moins."

Pour la cheffe de groupe PS, l’opposition a un rôle primordial dans ce genre de cas : "Dénoncer, contester un projet injuste. Mais aussi proposer. Le gouvernement a essayé de faire passer ça en urgence, l’air de rien. Nous avons résisté. N’oublions pas que nous sommes à la veille d’un ajustement budgétaire. Si nous restons dans 'l’à quoi bonnisme', ils vont faire tout et n’importe quoi." C’est donc une résistance, un avertissement, une protection pour la députée.

Bart De Wever est-il raciste ?

"Oui, je le crois", s’exprime-t-elle. "C’est quelqu’un qui avive les haines et c’est pas la première fois. Il avait déjà traité les wallons de junkies, méprisé les bruxellois et la diasporas congolaise. Pour la députée, Bart De Wever a une volonté réelle de vouloir monter les uns contre les autres, "c’est tout le contraire du vivre ensemble. Il a une volonté de choquer, de provoquer."

Mais Laurette Onkelinx semble heureuse d’une chose, à savoir la réaction massive aussi bien du civil que du politique et des partenaires de la majorité en Flandre : "C’est la première page du Standaard. Les partis du nord du pays ont dit : Stop, ça c’est du racisme. Je suis contente de voir qu’il n’y a pas d’apaisement par rapport à ça. Il y a une société civile et politique qui résiste, qui ne veut pas se coucher devant la N-VA."

Vis-à-vis de la réaction des partis francophones et du MR en particulier, Laurette Onkelinx semble plus nuancée : "Tant mieux si Olivier Chastel a condamné ces propos. Mais je trouve quand même que trop souvent le MR se couche par rapport à ce que peut dire la N-VA. (…) On entend très peu le MR en général. Denis Ducarme, chef de groupe MR à la chambre, par contre a défendu Bart De Wever en quelque sorte. C’est mal. Le MR devrait beaucoup plus se mobiliser. Le CD&V le fait."

Visite du Dr. Denis Mukwege

Denis Mukwege, docteur à l’hôpital de Panzi en RDC, soigne les femmes victimes d’abus sexuels lors de conflits armés. Il était aux côtés de Laurette Onkelinx ce matin.

Il y a quelques années, alors qu’elle était ministre de la Santé, elle était allée en RDC rendre visite au Dr. Mukwege dans son hôpital. Il semble très reconnaissant vis-à-vis de la députée et souligne l' investissement de la Belgique en général : "La Belgique a fait beaucoup pour l’hôpital de Panzi. Nous avons une équipe de St-pierre qui nous envoie tous les trois mois des spécialistes en chirurgie pour nous aider. Il y a des cas que l’on ne pouvait pas opérer parce que nous n’avions ni le matériel adéquat, ni les compétences. Cette collaboration a réellement aidé les malades."

La Belgique a en effet envoyé des spécialistes de la vessie pour "réparer" au mieux les vessies de femmes et jeunes filles détruites par les viols.

"J’ai vu ces femmes autour du docteur", raconte la députée. "Ce sont des femmes violées mais pour qui on a voulu détruire tout l’appareil reproducteur pour qu’elles ne puissent plus enfanter. Il y a un tel désespoir et en même temps, ces femmes regardaient le docteur avec les yeux de l’espoir. Elles savaient que dans ses mains elles pouvaient être réparées." Et de conclure, "je suis heureuse que le réalisateur Thierry Michel et la journaliste Colette Braeckman puissent mettre en évidence le travail du docteur et puissent mettre en avant à partir de là, toute la solidarité qu’on doit avoir avec le Congo."

L'acteur en direct : Laurette Onkelinx

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

RTBF

Articles recommandés pour vous