Belgique

Baromètre des notaires : transactions immobilières en baisse dans les trois régions du pays

07 juil. 2022 à 04:00Temps de lecture2 min
Par Patrick Michalle

Le baromètre tient compte des six premiers mois de l’année 2022 avec un constat similaire observé partout en Belgique : une diminution des transactions immobilières (-1,8%) mais avec des nuances significatives entre les trois régions du pays et surtout entre provinces.

Sur le plan régional, un recul plus marqué coté wallon (-2,8%) qu'en Flandre (-1,5%) ou à Bruxelles (-0,3%), où l’on observe pratiquement un statu quo. Les mois d’avril (-6,8%) et de juin (-12,7%) ont été les plus mauvais du semestre écoulé.

Cette évaluation de l’activité immobilière se base sur les chiffres qui remontent des études notariales (1126 dans le pays). Ils permettent de constater dans le sud du pays un double mouvement avec d’abord des provinces qui s’inscrivent dans la tendance générale, une baisse des transactions en province de Namur (-7,4%) ; en Brabant wallon (-5,7%) et en province de Liège (-4,5%). Par contre, on observe un mouvement inverse en province de Luxembourg (+3,9%) et pratiquement un statu quo dans le Hainaut (+ 0,4%).

Les effets conjugués de l’inflation et de l’énergie

Illustration
Illustration AFP or licensors

Pour le notaire Renaud Grégoire, porte-parole de "Notaire.be", si le recul reste limité, il est significatif d’un renversement de tendance : "nous n’avions plus observé ça depuis longtemps dans les trois régions, à l’exception du 1e confinement après mars 2020. Ce recul n’est pas illogique ! Les taux d’intérêt augmentent et les prix de l’énergie flambent. À cela s’ajoutent les incertitudes quant à l’évolution de notre économie au cours des prochains mois ".

Un contexte insécurisant qui a pour effet, on peut le comprendre, de différer une décision d’achat dans l’attente d’une conjoncture plus claire sur le long terme, notamment à propos des conséquences durables du récent conflit en Europe entre l'Ukraine et la Russie.

Prix en baisse si l’on tient compte de l’inflation

En chiffres absolus, les prix moyens continuent de grimper légèrement partout avec la plus forte hausse en province de Luxembourg pour les maisons (+6,1%), suivi du Hainaut avec une hausse de 4,8% pour les maisons.

Des hausses sont observées également dans les autres provinces wallonnes ainsi qu’à Bruxelles et en Flandre mais avec des variations parfois importantes entre prix pour une maison ou pour un appartement.

Si les maisons augmentent de 3,5% en province de Namur, le prix moyen des appartements atteint 0,7%, soit une relative stabilité. Constat inversé à Liège où les maisons augmentent peu (+1,8%) par rapport aux appartements (+5%).

En résumé, globalement dans les trois régions du pays, pour les maisons le prix moyen augmente plus en Flandre (+6,1%) à 341.635 euros qu’à Bruxelles (+4,9%) à 565.866 euros ou qu’en Wallonie (+2,5%) à 228.383 euros alors que pour les appartements, le prix moyen augmente plus en Wallonie (+4,8%) à 197.342 euros qu’en Flandre (+2,4%) à 264.937 euros et qu’à Bruxelles-Capitale (+1,5%) à 275.321 euros.

Mais du côté de la fédération des notaires, on observe que ces hausses doivent être reconsidérées si l’on tient compte d’un pourcentage d’inflation estimé à 7,7%, ce qui signifie alors dans la plupart des cas des prix inférieurs comparés à ceux du même semestre précédent (2021).

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

Se loger à New York après la pandémie : mission quasi impossible pour les locataires

Immobilier

Vendre sa maison en 48h via l’I-Buying, une pratique immobilière de niche qui s’installe en Belgique

Immobilier

Articles recommandés pour vous