RTBFPasser au contenu

Barock Never Dies : Deep Purple entre rock progressif et musique savante

barock never dies
28 août 2021 à 13:453 min
Par Vanessa Fantinel

Deep Purple ! Gros dossier, groupe fondateur dans l’histoire du hard-rock, avec Led Zeppelin et Black Sabbath – et 2 personnalités marquantes : Ritchie Blackmore et Jon Lord.

Parlons de Jon Lord : ''Le concerto pour groupe et orchestre'', de Deep Purple en 69, c’est son idée. Jon Lord c’est le claviériste, il a une formation classique comme la plupart des pianistes, et en composant cette musique, il voulait faire le lien entre le rock progressif, qu’il pratiquait, et ce qu’on appelle pompeusement la musique savante, à laquelle il était formé. Et voici le résultat :

Deep Purple Royal Philarmonic Orchestra 1969 Full Concert

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le tout dure environ une heure, ’est un ovni dans l’histoire du rock ; et une entreprise de dingue, puisque ça a été enregistré avec le prestigieux Royal Philarmonic Orchestra et au célèbre Royal Albert Hall de Londres svp !

Et il n’est pas le premier, Jon Lord, à avoir eu envie de concilier les genres. 67, c’est l’année où les Moody Blues enregistrent aussi avec orchestre ; mais en France aussi, Maurice Béjard avait demandé au compositeur Pierre Henry de lui pondre un petit truc pour son ballet "Messe pour le Temps Présent". Ce " petit truc " est devenu un événement : la musique du spectacle est un mélange de psychédélique, électro, classique et rock, danse contemporaine et jerk, c’est plus une gentille moquerie qu’une citation, mais c’était la 1re fois qu’on se permettait ce genre de choses. Ecoutez plutôt :

 

Pierre Henry_ Michel Colombier_ Maurice Béjart - Psyché Rock - 1967

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

''Psyché Rock'' de Pierre Henry (compositeur français de musique concrète, très rigolo d’ailleurs, je vous invite à aller écouter ses bizarreries) c’est un morceau de la "Messe pour le Temps Présent", composé pour Béjart et dans lequel il " OSE " venir mettre du rock dans le classique – alors que dans cette chronique on vous apprend que c’est souvent plutôt l’inverse !

Mais revenons à Deep Purple, Jon Lord a le classicisme dans la peau. Petit rappel : il a fait partie du groupe de 69 à 76, puis de 1984 à 2002. Ça fait quand même une belle poignée d’albums studio et je ne sais combien de concerts dans lesquels on peut entendre, régulièrement, une petite " classic touch " de sa part comme ici :

Knocking At Your Back Door (Live / 1987 / Phoenix, AZ)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans l’introduction de ''Knocking at your Back Door'', sur l’album live ''Nobody’s Perfect'', Jon Lord reprend "La Lettre à Elise" de Beethoven pour le plus grand plaisir des fans. Ça, c’était en 1987. Mais donc, un peu moins de 10 ans plus tôt, ''Le concerto pour groupe et orchestre'', il faut bien dire que ça n’a pas soulevé l’enthousiasme général. C’est bien fait, c’est de la chouette musique, mais c’était quand même un petit délire de musicien et ça n’a pas forcément fait du bien à la carrière de Deep Purple sur le moment. Commercialement, ça a été un beau fiasco. Ce qui a permis à l’autre personnalité du groupe de reprendre les rênes. Ritchie Blackmore, guitariste de son état n’est-ce pas, saisit l’occasion de réorienter le groupe vers quelque chose qui l’intéresse beaucoup plus : le hard rock et les belles parties de guitare. Ce nouveau cap, donnera naissance à l’album " In Rock ", qui marque d’une pierre blanche l’histoire de Deep Purple et l’histoire du rock avec quelques titres qui ne font pas dans la dentelle.

Ce qui est drôle quand même, c’est que Ritchie Blackmore, qui en avait marre, disait-il, du côté " musique classique " qui collait au groupe, n’a quand même pas tout renié puisqu’avec son autre groupe, Rainbow, il a repris ''L’Hymne à la Joie'' de Beethoven dans une chanson qui s’appelle "Difficult to Cure". Mais ça, c’est une autre histoire que je vous raconterai peut-être un autre jour.

Voici un grand Classique de l’histoire du rock, qu’on trouve “In rock” de Deep Purple, une chanson que notre collègue Laurent Rieppi raconte très bien dans l’article pour les 50 ans du groupe, si ça vous tente : un titre orgasmique : ''Child in Time''

Deep Purple - Child In Time - 1970

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le lundi à 13h45 dans Lunch Around The Clock avec Vanessa Fantinel.

Où sont les points communs entre Bach et les Beach Boys ? Entre un chanteur lyrique et un adepte du chant guttural ? Dans baroque, il y a " rock " : chaque semaine, Barock Never Dies dévoile les généalogies de célèbres titres rock qui ont puisé avec talent dans le répertoire de la musique classique.

 

Sur le même sujet

29 août 2021 à 13:45
2 min
15 août 2021 à 13:45
2 min

Articles recommandés pour vous