Politique

Banque Nationale : la croissance rebondira fin 2022. L’inflation reculera en 2023, mais menace la compétitivité des entreprises

La Banque Nationale de Belgique a livré ses projections économiques. Sans surprise, la Belgique vit actuellement une période compliquée. L’économie belge va continuer à perdre de son dynamisme, appauvrie par l’augmentation des prix de l’énergie. Dans l’immédiat, le niveau élevé des prix combiné aux mécanismes d’indexation prévus en Belgique fera grimper de 14% les coûts salariaux d’ici 2024.

Dans ce contexte, les ménages devraient voir leur pouvoir d’achat plus préservé que dans d’autres pays européens.

Pour l’avenir, sur base de la situation actuelle et à condition que cela ne se détériore pas, la Banque Nationale est plutôt optimiste. La croissance économique devrait reprendre du poil de la bête, même s’il faudra attendre la fin 2022. L’inflation devrait diminuer, même si ce n’est qu’à l’automne 2023 que la Banque Nationale entrevoit un retour de cette inflation en dessous de 2%.

Guerre en Ukraine et Covid en Chine poussent les prix à la hausse

© Tous droits réservés

L’explication de la perte de dynamisme de l’économie belge est à aller chercher dans la guerre en Ukraine et dans les confinements stricts pour lutter contre le coronavirus en Chine, estime le Banque Nationale. S’en sont suivies de nouvelles perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales et des conséquences sur les prix de plusieurs intrants, parmi lesquels l’énergie, explique la Banque Nationale. "Le choc énergétique constitue un appauvrissement évident de l’économie belge", confirme la Banque Nationale. Toutefois, ajoute la BNB, l’économie belge "demeure résiliente".

La compétitivité en danger

Selon la Banque Nationale, la croissance économique va stagner à court terme. Il faudra attendra la fin de l’année 2022 pour la voir rebondir.

L’inflation, qui a grimpé jusqu’à près de 10% en mai "s’est révélée tenace", selon la BNB. La Banque Nationale s’attend à ce qu’elle recule progressivement. Elle devrait diminuer à partir de l’été 2022 "pour revenir sous la barre des 2% à l’automne 2023", "même si l’incertitude est plus grande que d’habitude".

D’ici l’automne 2023, le niveau élevé des prix, par le biais des mécanismes d’indexation, influera "lourdement" sur les coûts salariaux, prévoit la Banque Nationale. Selon cette dernière, les coûts salariaux augmenteraient de plus de 14% d’ici 2024. "Cet envol sans précédent des coûts salariaux constitue une menace pour la compétitivité de l’économie belge", communique la Banque Nationale.

S’ajoute à cela un déficit budgétaire qui "resterait insoutenable au cours des prochaines années", atteignant, à politique inchangée, 5% du PIB. Le déficit budgétaire belge serait même l’un des plus élevés en zone euro, alors que d’autres pays européens améliorent leur situation.

La dette publique continuera aussi à augmenter, selon la BNB, vers les 110% du PIB, soit très loin des critères de Maastricht.

Le pouvoir d’achat des ménages belges relativement préservé

Les mécanismes d’indexation prévus en Belgique permettent de préserver le pouvoir d’achat davantage que dans d’autres pays européens. "A partir de 2023, l’indexation compenserait complètement la perte de pouvoir d’achat", estime Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque Nationale de Belgique. "C’est quand même très différent des pays voisins où on voit que l’essentiel de la crise est supporté par les ménages", ajoute-t-il.

Pour le gouverneur de la Banque Nationale, il y a une "spécificité belge qui fait que les ménages sont beaucoup mieux protégés". Ce sera, selon la BNB, le cas à partir de 2023, si on prend en compte les mesures prises par le gouvernement dans le domaine de l’énergie, par exemple l’extension du tarif social.

Revers de la médaille, ce qui joue en faveur des ménages d’un côté, joue contre les entreprises. "Le choc est supporté beaucoup plus chez nous par les entreprises, avec une détérioration de la compétitivité, ce qu’on a beaucoup moins aussi dans les pays voisins", souligne Pierre Wunsch, le gouverneur de la BNB.

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

La rentabilité des entreprises non financières n’a jamais été aussi élevée

Economie

Kern sur le pouvoir d'achat et les pensions : les discussions sur le rapport des experts reprendront dans le cadre du budget

Belgique

Articles recommandés pour vous