Monde

Bannir les fusils d'assaut: Barack Obama soutiendra la proposition de loi

USA: Obama soutiendra la proposition de loi pour bannir les fusils d'assaut

© Belga

18 déc. 2012 à 18:32 - mise à jour 18 déc. 2012 à 20:36Temps de lecture3 min
Par Belga News

Cette annonce intervient quelques jours après la fusillade meurtrière dans une école primaire de Newtown (Connecticut) qui a causé la mort de 27 personnes, dont 20 enfants.

Barack Obama "soutient activement, par exemple, l'intention de la sénatrice Feinstein de remettre sur la table une loi qui réinstaurerait l'interdiction des armes d'assaut", a déclaré lors de son point de presse quotidien le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, en réponse à une question sur les prochains pas du président en matière de contrôle des armes.

Cette loi fédérale votée en 1994 sous l'administration de Bill Clinton a expiré en 2004. Elle interdisait la production et la vente des armes d'assaut, mais le Congrès n'a jamais renouvelé le texte.

Le porte-parole a ajouté que Barack Obama allait aussi défendre toute tentative de bannir les chargeurs à grande capacité pouvant contenir des dizaines de munitions ainsi que la possibilité que des individus sans aucune licence puissent vendre des armes en privé.

La liste des armes interdites par la proposition de la sénatrice Feinstein inclurait des fusils et pistolets semi-automatiques, tandis que les chargeurs de plus de dix balles seraient aussi prohibés -- ceux d'Adam Lanza, le tueur de Newtown, pouvaient en contenir beaucoup plus.

Selon ce texte qui sera présenté au premier jour de la prochaine session du Congrès le 3 janvier par Mme Feinstein, seules les nouvelles armes seront par ailleurs concernées. Le texte exemptera aussi plus de 900 modèles utilisés pour la chasse ou le sport, ainsi que des armes antiques et manuelles.

Les chances de passage de cette loi dépendent toutefois du soutien que choisiront d'apporter les nombreux élus proches du puissant lobby des armes, la NRA, au Congrès, et notamment les chefs républicains de la Chambre des représentant, sans l'accord desquels aucun texte ne peut même atteindre l'hémicycle.

Les Américains se mobilisent

Plusieurs dizaines de familles de victimes de fusillades se sont rassemblées ce mardi devant le Congrès des Etats-Unis pour dire qu'elles en avaient "assez" de ces tueries qui endeuillent régulièrement les Etats-Unis et ont appelé les élus "à arrêter ce bain de sang".

Dans un sondage CBS publié mardi matin, 57% des Américains se sont déclarés favorables à un renforcement de la loi sur les armes à feu, le pourcentage le plus élevé depuis 10 ans.

Plus de 177 000 personnes avaient mardi matin signé une pétition sur le site de la Maison Blanche en faveur d'un renforcement des lois.

Et plusieurs maires de grandes villes, parmi lesquels Michael Bloomberg (New York), Michael Nutter (Philadelphie), Rahm Emanuel (Chicago), Antonio Villaraigosa (Los Angeles) et Kevin Johnson (Sacramento) ont envoyé une lettre ouverte au président et au Congrès pour demander "une action immédiate", pour interdire les fusils d'assaut, renforcer les vérifications préalables à l'achat d'une arme, combler les vides juridiques, et renforcer les pénalités pour les achats "sauvages" d'armes à feu.

"Nous pensons qu'avec cette tragédie nationale (...), nous avons atteint un point critique", écrivent-ils.

La proposition de Dianne Feinstein devrait être présentée au Congrès dès sa rentrée le 3 janvier. Elle entend interdire la vente, le transfert, la fabrication et l'importation d'une centaine de modèles d'armes d'assaut. Les chargeurs de plus de 10 balles seraient aussi prohibés, comme ils l'étaient dans le cadre d'une loi votée en 1994, qui a expiré en 2004.

Certains Etats ont des lois strictes, mais comme l'a souligné le gouverneur Malloy, en l'absence d'une loi fédérale, les armes circulent depuis les Etats où la réglementation est moindre.

Le bilan aurait pu être encore pire

Apparemment, le bilan aurait pu être encore pire. Le tueur s'est suicidé en entendant la police arriver, selon le gouverneur du Connecticut Dan Malloy. Et il lui restait alors de très nombreuses munitions, explique le porte-parole de la police Paul Vance.

L'enquête sur la tuerie prendra encore des semaines, selon la police.

Mais la préméditation semble évidente. Le New York Times affirmait mardi, citant une source policière, qu'Adam Lanza avait effacé le disque dur de son ordinateur avant de commettre son affreux forfait, empêchant ainsi les enquêteurs d'y trouver la moindre indication.

En attendant, l'école de Sandy Hook, toujours "scène de crime", est restée fermée, et pourrait le rester indéfiniment. Ses élèves seront accueillis dans un autre établissement.


RTBF avec Belga et AFP

Rush vers les armes aux USA

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Manifestation à Washington pour le contrôle des armes

Monde

Obama veut sensiblement renforcer la loi sur le port d'armes

Monde