Baleine échouée à Calais : le cétacé était affamé et épuisé, selon les résultats de l’autopsie

Une baleine affamée s’est échouée sur les côtes de Calais le 7 novembre 2021

© Bernard Barron – AFP

10 nov. 2021 à 15:14Temps de lecture2 min
Par Africa Gordillo

L’autopsie de la baleine échouée samedi dernier dans le port de Calais a livré ses résultats : le cétacé avait l’estomac complètement vide depuis des semaines et une fois couchée sur le sable calaisien, l’animal est mort écrasé par son propre poids. De plus en plus de cétacés affamés s’échouent sur les plages de la Mer du Nord, soit quelque 6 baleines et 120 marsouins l’année dernière.

Ecrasée sous son poids

Le vétérinaire Thierry Jauniaux, enseigne à l’Université de Liège dans le département de morphologie et de pathologie. Ce passionné est régulièrement appelé sur les côtes de la Mer du Nord pour autopsier les cétacés échoués, comme ce fut le cas cette semaine dans le nord de la France. Une baleine de 19 mètres de long avait en effet pénétré, toujours en vie, dans le port de Calais pour venir s’échouer sur quelques mètres de sable.

Une fois sorti de l’eau, son gigantesque corps s’est affaissé. Un phénomène "normal" puisque ces animaux sont habitués à vivre immergés, un peu comme un sac qui flotte dans l’eau et s’affaisse sur terre. Leur cage thoracique s’écrase sous leur poids en quelque sorte.

"Nous avons autopsié la baleine sur place, y compris la cage thoracique. Nous n’avons rien relevé de particulier, à part des parasites dans le poumon mais il s’agit de quelque chose d’habituel pour ce type de cétacé. Il s’agit d’un échouage par accident. La baleine était dans un état de faiblesse extrême. Elle n’avait plus mangé depuis très longtemps, toutes les graisses sous cutanées avaient disparu", précise le vétérinaire Thierry Jauniaux.

Un phénomène croissant

Les résultats de l’autopsie ne sont pas vraiment étonnants. Même si le poids peut sembler énorme, la baleine ne semblait peser que 16 tonnes alors que ces animaux peuvent atteindre 35 à 40 tonnes. Cela dit, son poids est une estimation. Les restes de l’animal doivent encore être pesés précisément et on approcherait davantage les 20 ou 22 tonnes selon Thierry Jauniaux.


►►► À lire : Une baleine à bec s'est échouée mercredi sur la plage d'Ostende


Quoi qu’il en soit, c’est bien trop peu pour un rorqual commun, ce qui ouvre la voie à pas mal d’interrogations d’autant que de plus en plus de cétacés meurent sur les côtes de la Mer du Nord. "En 2020, six baleines se sont échouées en un mois. L’une d’elles s’est échouée au Crotoy, en Baie de Somme. J’ai pratiqué son autopsie à l’époque. Comme pour la majorité des autres baleines, les estomacs étaient vides et les animaux étaient très maigres. La question de la disponibilité des proies pour que les cétacés puissent se nourrir se pose".

Pas de "hot spot" en Mer du Nord

En principe, il existe des zones de rassemblements (la nourriture y est abondante) où ces animaux vont se nourrir, comme entre la côte française et la Corse. Il s’agit d’une zone précise riche en planctons, en petits et gros poissons. Des baleines y sont régulièrement observées. Mais à 40 kilomètres à la ronde, dans des zones moins fournies et moins riches, pas de trace de baleines…

Pour revenir à la Mer du Nord, pourtant riche, il n’y a pas de "hot spots", de zones de rassemblements similaires. La nourriture est donc difficile à trouver. De surcroît, l’effort de pêche est plus important en automne et en hiver. Bref, la zone maritime est un désert alimentaire pour les cétacés qui s’affaiblissent et s’échouent sur nos plages.

Un autre élément explique la présence accrue de ces animaux selon Thierry Jauniaux : "La chasse industrielle à la baleine a été arrêtée au milieu des années septante et les stocks commencent à augmenter à nouveau. La présence de baleines en Mer du Nord est un événement moins rare. On en rencontre régulièrement, même des baleines bien vivantes." Ce fut le cas le 1er avril 1997 (ce n’est pas un poisson) quand une baleine du Groenland a vécu quelques jours au large d’Ostende.

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

Une baleine à bec sur une plage de Sangatte, un échouage "exceptionnel" d'un spécimen "qui vit près des côtes arctiques"

Monde

Une nouvelle baleine s'échoue sur une plage du Finistère en France

Monde Europe

Articles recommandés pour vous