Belgique

B. Tobback: "Devenons un paradis fiscal pour ceux qui travaillent et créent de l'emploi"

Louis Tobback : "Une entreprise sur cinq utilise les régimes fiscaux belges pour payer le moins d'impôts possible"

© VRT

03 févr. 2013 à 16:14Temps de lecture2 min
Par RTBF

Et Bruno Tobback de renchérir : "Nous sommes devenus une sorte de paradis fiscal. Nous attirons des riches comme Bernard Arnault ou Gérard Depardieu mais nous devrions plutôt devenir un paradis fiscal pour ceux qui travaillent et qui créent des emplois." Il s’exprimait ainsi dimanche à l’émission dominicale "De zevende dag" sur la VRT.

Pas opposé aux intérêts notionnels, mais à une condition

Pour appuyer ses dires, le président des socialistes flamands a fait remarquer que "la Belgique est intéressante fiscalement pour les entreprises, pour preuve : une entreprise sur cinq parmi les 100 plus grandes sociétés mondiales utilise les régimes fiscaux en vigueur chez nous pour payer le moins d'impôts possible."

Bruno Tobback n’est pas opposé aux intérêts notionnels mais uniquement lorsque ce système sert à aider les entreprises à investir et à créer des emplois. Mais l’idée que notre pays soit devenu un paradis fiscal qui serve à éluder l’impôt et à transférer des capitaux, ne lui plaît pas. Bruno Tobback reconnaît que le gouvernement a déjà engrangé des revenus importants provenant des plus-values mais estime qu’il peut encore aller plus loin. Enfin, le socialiste n’est pas opposé à ce qu’un grand patron comme Didier Bellens (Belgacom) gagne des millions mais n’accepte pas qu’il ne paye que 10 ou 12% d’impôts.

S'attaquer aux retraites prématurées

Lors de la même émission, le Ministre des Pensions Alexander De Croo (Open VLD) a affirmé que relever l’âge de la pension, sans plus, n’est pas une solution. Selon lui, c’est sur l’allongement de la carrière qu’il faut aussi tabler. Il réagissait aux propos tenus cette semaine par le vice-premier et ministre des Finances Steven Vanackere qui appelait à un nouveau relèvement de l’âge de la retraite, de préférence encore lors de cette législature : "Tous les 30 mois, nous devrions ajouter 2 ans à la carrière", plaidait-il.

Pour Alexandre De Croo, "il y a encore du pain sur la planche, mais ce dont il s’agit ce n’est pas l’élévation de l’âge de la retraite mais bien l’allongement de la carrière. En théorie, elle dure 45 ans dans notre pays, c’est sur cette durée qu’est calculée la pension légale. Mais en pratique, une carrière moyenne fait seulement 29 ans, alors qu’au Danemark elle est de 34, aux Pays-Bas, 37 et en Suède 39 ans. Nous devons nous occuper de cela. Seulement 5% des gens qui vont à la pension ont 65 ans. En 1979, l’âge moyen du départ à la retraite était de 64 ans – il est aujourd’hui de 59 ans… S’occuper de l’âge de la retraite sans s’attaquer à ce système ‘royal’ qui permet aux gens de partir à la retraite plus tôt n’est pas une solution." Il propose de consulter des spécialistes et de mettre en place un système supportable et réaliste pour les employeurs comme pour les employés, "où chacun apporte sa pierre".

Patrick Bartholomé avec De Redactie (VRT)

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Les pensions belges: une nouvelle réforme?

Belgique

La (pré)retraite en 2013: mode d'emploi

Belgique

Articles recommandés pour vous