RTBFPasser au contenu

Avion dérouté par le Biélorussie : L’Otan réduit l’accès des diplomates biélorusses à son siège bruxellois

Avion dérouté par le Biélorussie : L’Otan réduit l’accès des diplomates biélorusses à son siège bruxellois

L’OTAN a décidé de réduire l’accès des diplomates biélorusses à son siège bruxellois à la suite du détournement d’un vol Ryanair par la Biélorussie la semaine dernière, a annoncé lundi le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg.

"Nous évaluons en permanence les mesures de sécurité ici à l’Otan et nous avons décidé de restreindre l’accès du personnel biélorusse au siège de l’Otan", a-t-il affirmé au cours d’une conférence de presse en ligne.


A lire aussi : Selon Reporters sans Frontières, la situation des journalistes est "désastreuse" en Biélorussie


La Biélorussie, proche alliée de Moscou, est membre depuis 1995 du Partenariat pour la paix (PPP), une formule de coopération "à la carte" – politique et militaire – proposée par l’Otan aux pays européens et d’Asie centrale). Minsk dispose à ce titre d’une délégation auprès de l’Otan depuis 1998.

"Les Alliés ont fermement condamné une violation des règles internationales et une attaque contre la liberté d’expression" par les autorités du Bélarus, a ajouté Jens Stoltenberg.

Les Alliés ont fermement condamné une violation des règles internationales et une attaque contre la liberté d’expression

"Nous saluons les sanctions prises par les alliés de l’Otan, y compris les restrictions d’accès imposées à la compagnie (aérienne) du Bélarus et nous demandons la libération immédiate des personnes arrêtées", a-t-il poursuivi.

Sujet JT du 26 mai :

Jens Stoltenberg avait déjà dénoncé le 23 mai "un incident sérieux et dangereux" et réclamé "une enquête internationale", après le détournement par le Bélarus d’un avion de la compagnie irlandaise Ryanair, forcé d’atterrir à Minsk.

Le vol Athènes-Vilnius du 23 mai a été contraint d’atterrir à Minsk et le journaliste dissident Roman Protassevitch et sa compagne Sofia Sapega, tous les deux à bord de l’appareil, ont été arrêtés par les autorités biélorusses, provoquant un tollé mondial.

La Russie fait l’objet de restrictions semblables de la part de l’OTAN depuis la tentative d’empoisonnement d’un ancien agent double du Kremlin, Sergei Skripal, en mars 2018 en Grande-Bretagne.

L’Union européenne, dont 22 des 27 pays sont membres de l’Otan, a décidé d’interdire son espace aérien et ses aéroports aux avions du Bélarus et a recommandé aux compagnies européennes d’éviter l’espace aérien de ce pays.


A lire aussi : Biélorussie : Alexandre Loukachenko, dernier dictateur d’Europe ?


Les dirigeants européens ont également demandé la préparation de sanctions économiques sectorielles afin de frapper le régime du président biélorusse Alexandre Loukachenko au portefeuille.

 

Articles recommandés pour vous