RTBFPasser au contenu

La vie du bon côté

Avez-vous déjà eu recours à la médiation familiale ? Vos commentaires en image...

Avez-vous déjà eu recours à la médiation familiale ?
31 mars 2017 à 07:30 - mise à jour 31 mars 2017 à 12:593 min
Par afs

Elle permet d'éviter d'envenimer la situation et d'aboutir à la rupture des liens existants. La médiation se déroule dans un cadre convivial. Elle aide à imaginer des solutions concrètes qui correspondent à la réalité familiale et à l'intérêt des enfants. Fabienne Schek et Annette Bridoux expliquent que la médiation est moins coûteuse et plus rapide qu'une procédure en justice. Quelles sont vos questions ? Pourquoi hésitez-vous à y recourir ?...

La médiation familiale...

C'est une résolution à l'amiable des conflits - souvent en cas de séparation, de divorce, en cas de conflits dans la fratrie, en cas de succession, pour des conflits entre parents-enfants,... Un processus volontaire et libre ! Les différentes parties doivent accepter la médiation. 

Les tribunaux se déchargent - ils ? Non, c'est pour mieux faire leur travail car un conflit familial ça ne se résout pas en 1/4 heure devant un tribunal. La médiation gérera tout en profondeur le conflit.

Les avantages de la médiation familiale...

"Vous voulez vous séparer et protéger vos enfants ? ... Pensez à la médiation !" Voici une publicité parue il y a bien des années et qui a poussé l'une de nos invitées à y avoir recours. Ce fut bénéfique pour son divorce en toute harmonie. 

Les bienfaits ? c'est de pouvoir décider ensemble déjà ! Les parties conservent la maîtrise du processus et restent les personnes de référence pour prendre les meilleurs décisions à propos des enfants. On ne s'en tient pas uniquement au DROIT, on regarde les besoins de chacun y compris ceux des enfants et ça... c'est essentiel. Chacun est acteur du processus, chacun y participe ! Tout est confidentiel aussi. C'est un espace où les parties peuvent se faire entendre, exprimer leurs émotions, leur colère, leur tristesse,... 

Ce qui est premier c'est la gestion du conflit, vient ensuite la collaboration parentale le cas échéant. 

C'est une procédure simple en soi puisqu'il suffit de passer un coup de fil et ce, pendant, avant ou après une procédure via le tribunal. 

Quand il y a une procédure en cours et qu'une médiation est mise en place, le déroulement du procès est alors interrompu. Il n'est plus de pression de timing.

Le résultat d'une médiation à force de jugement, c'est homologué par le tribunal. 

Les médiateurs familiaux ... sont des personnes agréés, ils ont suivi une formation.

Le prix ? Ca se fait à la séance. Si les personnes sont dans le besoin, l'assistance judiciaire peut intervenir. En général, le coût varie entre 80 et 100 euros la séance. a partager par moitié entre les parties ou selon leur accord respectif. Au niveau de la durée ? .. Entre trois et 6 séances suffisent. C'est une bonne moyenne. Ce sont les parties qui déterminent le rythme - selon leurs difficultés à avancer. Le deuil de la relation doit se faire et là chaque partie n'est pas dans la même énergie, acceptation et donc dans le même rythme. 

3 règles  : on parle en "je" ... "Je pense que"... , Aussi on ne s’envoie pas de noms d'oiseaux sur la tête, pas d'injures, de sarcasme et la troisième chose : c'est le médiateur qui donne la parole et quand quelqu'un s'exprime :  on l'écoute ! Le fait de ne pas interrompre l'autre invite déjà à l'écoute véritable dans son intégralité de l'autre. Si l'une des parties ne se fait pas entendre, c'est de la bouche du médiateur que l'autre partie entendra le propos. C'est le principe de la triangulation. 

Entendre comment l'autre réagit et perçoit la situation peut être surprenant car parfois l'une des parties a l'impression d'entendre - de découvrir pour la première fois le point de vue de l'autre. Les émotions sont accueillies et la véritable écoute est vénérée. Elle révèle les émotions et interprétations respectives de chacune des parties. Une nouvelle lecture de la situation bien souvent. "Les émotions ça se vit mais ça ne se contrôle pas" ! Ce sont elles qui délivrent la clef de ce qui n'a pas été compris par l'un ou l'autre. Les besoins qui ne sont pas assouvis  sont mis en exergue. On met alors des choses en place à cette fin. Il est des tas de pistes, de solutions pour créer et négocier une solution acceptable par chacun ! Le médiateur agit en toute transparence et en toute neutralité ! 

Le bénéfice aussi c'est la rapidité, l'acceptation et la validation de l'accord construit de façon respective. Etre acteur de sa séparation est la force vive de cette processus de médiation familiale. La vie du bon côté en quelque sorte ! 

Les commentaires des auditeurs en ligne...

Chantal évoque un conflit familial entre un cousin et son fils. Elle se questionne vis-à-vis de la médiation familiale et précisément sur le fait de savoir si toutes les parties doivent être présentes lors des premières entrevues ? Un tiers peut-il démarrer le dossier ? 

Véronique demande ce qu'il en est des enfants mineurs ? Peut-on être en médiation familiale et accueillir le point de vue des enfants mineurs ? 

Qui peut devenir médiateur ? Laurent est l'un d'eux et exprime tous les bénéfices pour lui déjà, pour sa philosophie de vie mais aussi en tant que gérant d'une pme, ça l'a transformé ainsi que ses relations.  

Le témoignage de Chantal : médiation familiale - le première entrevue

la vie du bon côté - médiation familiale

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le témoignage de Véronique : médiation familiale - quid des enfants mineurs ?

la vie du bon côté - médiation familiale

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le témoignage de Laurent : médiateur agréé

la vie du bon côté - la médiation familiale

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

31 mars 2017 à 08:21
1 min

Articles recommandés pour vous