RTBFPasser au contenu

Avec Messenger, Facebook impose son nouveau modèle de développement

.
29 avr. 2014 à 10:292 min
Par cbd

Facebook fait face une fois de plus face à une fronde des ses utilisateurs. En cause, les changements apportés à son application mobile. Elle permet de suivre l’actualité de ses amis, des médias, de ses marques ou associations préférés et d’y réagir. Et bien sûr aussi de mettre à jour son statut comme on dit. En clair, exprimer un avis, partager une activité, poster des photos, des vidéos ou encore se géolocaliser, dire où l’on se trouve. Tout ça via son téléphone intelligent.

C’est une des raisons pour lesquelles le public souhaite pouvoir disposer du wifi à l’étranger, on en parlait dans le journal de 8h. Pour les villes, l’intérêt touristique est évident. Le wifi sur la Grand Place de Bruxelles, ça signifie qu’il y aura plus de photos de la Grand Place sur le web. Et que les gens en parleront aussi avec leurs amis, publiquement ou en privé.

C’est en effet une des évolutions majeures de ces derniers mois et particulièrement sur Facebook : la montée en puissance de la messagerie qui permet de communiquer directement avec d’autres membres du réseau.

Et c’est là que ça coince. Jusqu’ici la messagerie était intégrée à l’application Facebook. Dorénavant, ce seront deux applications séparées: Facebook d’un côté, Messenger de l’autre. Explication –invérifiable - de Facebook : ceux qui disposent de l’appli Messenger répondent 20 % plus rapidement aux messages de leurs amis.

Et ça ne plait pas à de nombreux utilisateurs : ils doivent maintenant jongler avec deux applis, ça perturbe leurs habitudes et ils n’aiment pas ça ! D’où les commentaires négatifs, voire rageurs que ça suscite un peu partout dans le monde.

Au point que Facebook pourrait faire marche arrière ? C’est fort peu probable, parce que c’est la conséquence d’un choix stratégique. Facebook a choisi de devenir un groupe de produits et de marques. D’où cette diversification et ces acquisitions : Instagram et WhatsApp, une autre appli de messagerie. Quitte donc à proposer des produits similaires pour des publics différents. Comme dans le monde de l’automobile, regardez le groupe Volkswagen et toutes ses marques.

Une appli séparée permet aussi de la rendre plus performante dans un univers extrêmement concurrentiel. Avec la nouvelle version, on peut par exemple envoyer des vidéos réalisées sans quitter l’application.

Bref, Facebook table sur le fait que les récalcitrants s’habitueront. Un calcul confirmé par ses derniers résultats. Il a fait mieux que prévu au premier trimestre 2014, son bénéfice net a presque triplé et ses recettes publicitaires, notamment mobiles, ont continué de progresser.

MédiaTIC : Messenger, Facebook deux applis (29/04/14)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement