RTBFPasser au contenu
Rechercher

Avec le retour des beaux jours, les fausses bulles à vêtements pullulent

Une fausse bulle à vêtements installée à Braine-le-Comte.
26 avr. 2022 à 09:38Temps de lecture2 min
Par Thomas de Brouckère

Avec le beau temps qui revient, vous êtes nombreux à faire un petit nettoyage de printemps dans votre garde-robe. Des vêtements que vous placerez peut-être dans une bulle à vêtements pour faire un don. Mais attention, il en existe des fausses, placées en toute illégalité par des pseudo-organisations solidaires.

De fausses organisations

Il s’agit en fait d’asbl "pirates" qui vont revendre au marché noir les vêtements collectés dans leurs bulles.
Ces faux conteneurs, la fédération des entreprises sociales et circulaires "Ressources", en repère tous les ans dans toute la Wallonie à la même période. "C’est un phénomène récurrent que l’on observe au début du printemps lorsque les gens font du tri chez eux lors du changement de saison", explique Franck Kerckhof, le porte-parole de la fédération.

"On est face à de fausses asbl qui installent ces bulles à vêtements "pirates". Elles les installent le long d’axe routier très fréquenté. Elles profitent de la nuit ou du week-end pour les poser en toute illégalité, souvent près des écoles ou des centres commerciaux. Le but est uniquement de faire du profit, les vêtements sont revendus au marché noir. Ils se font donc de l’argent grâce aux dons de la population. Une partie des vêtements sera aussi commercialisée à l’étranger dans des circuits illégaux. Enfin, les déchets (les invendus) vont être abandonnés dans la nature ou au pied de vraies bulles à vêtements. C’est donc une triple action néfaste pour les entreprises sociales, pour les donateurs et pour l’environnement", détaille le porte-parole.

Les reconnaître

Ces fausses bulles à vêtements sont les mêmes que celles appartenant à de vraies associations solidaires mais certains détails peuvent vous mettre la puce à l’oreille :" Vous verrez que la signalétique est en néerlandais alors qu’elles sont installées en Wallonie, c’est parce que l’organisation frauduleuse est installée en Flandre. On remarque qu’il n’y a aucun logo de vraies associations comme "Les Petits Riens", "Oxfam" ou encore l’asbl "Terre". On ne voit aucune information sur la finalité de votre don or ça devrait s’y trouver. Enfin et c’est le plus flagrant, il n’y a pas le logo "Solidaire" sur les fausses bulles, ce logo doit se trouver sur une vraie bulle. Il vous donne des garanties en termes d’éthique et de transparence et vous saurez que ce don va soutenir une association caritative.

Des pertes énormes

Ces détournements de dons représentent des pertes très importantes pour les associations caritatives. "Chaque Belge fait don en moyenne de 15 kg de vêtements. Cela signifie, plus ou moins 150.000 tonnes de vêtements sont mises sur le marché de la seconde main dont 35.000 reviennent à l’économie sociale. On estime que 10.000 tonnes sont détournées par ces faux opérateurs, c’est énorme", insiste Franck Kerckhof.

La fédération des entreprises sociales et circulaires "Ressources" invite les citoyens à signaler les fausses bulles à vêtements, soit en contactant la fédération ou en prévenant votre administration communale.

Attention aux fausses bulles à vêtements

Attention aux fausses bulles à vêtements

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Achetez des meubles de seconde main pour réduire votre empreinte carbone

Zéro Déchet

Quels sont les 3 articles qui se revendent le mieux en seconde main ?

Recyclage

Articles recommandés pour vous