Regions Bruxelles

Avant d'être un hôtel de luxe, l'Amigo a eu une plus sombre histoire

Amigo : Hôtel mytique de Bruxelles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Rêvez-vous de passer une nuit dans le somptueux hôtel Amigo ? Pour cela, vous devrez débourser au moins 340 euros, et les prix peuvent s’élever à plus de 9000 euros ! Mais saviez-vous qu’il y a 100 ans, passer une nuit au 21, rue de l’Amigo signifiait passer la nuit en cellule ? En effet pendant près de 400 ans une prison se dressait là où se trouve aujourd’hui l’hôtel de luxe : c’est l’histoire qu’a voulu retracer dans un livre Benoît Vandevelde, ancien employé des lieux.

"En 1522, les autorités de la ville de Bruxelles ont fait construire une maison de détention juste à côté de l’Hôtel de ville, là où avaient lieu les jugements", retrace Benoît Vandevelde. De ce fait, la prison n’est pas trop éloignée non plus de la Grand-place où sont exécutées les sentences de peine de mort. Bref, l’emplacement est stratégique.

"C’était une petite prison, elle ne comportait que 20 chambres. Elle servait de lieu de détention provisoire pour les prévenus en attente de leur procès", explique l’auteur. Pendant 400 ans, des milliers de prisonniers vont s’y succéder. Parmi eux, le poète Paul Verlaine ou encore le penseur Karl Marx. En 1930, l’établissement ferme ses portes. La rue de l’Amigo n’est plus alors qu’un terrain vague inoccupé pendant plusieurs années.

"Pour l’exposition universelle de 1958, la ville de Bruxelles a voulu construire un hôtel au plein cœur du centre historique de la ville", explique Benoît Vandevelde. A deux pas de la Grand-Place et du Manneken-Pis, la rue de l’Amigo était toute désignée. "Le but était d’y accueillir les chefs d’Etat et les personnalités présentes pour l’Expo 58." L'hôtel de luxe remplace alors la prison désaffectée, ou plutôt son emplacement puisqu’aucun mur n’a été gardé. Ce ne sont donc plus les voyous et les vagabonds de Bruxelles qui résident rue de l’Amigo, mais bien les têtes couronnées, les chefs d’Etat et les personnalités les plus en vue. En près de 65 ans d’activité, l’Amigo a notamment vu passer Jacques Brel, Johnny Halliday, Serge Gainsbourg, Catherine Deneuve ou plus récemment le groupe Coldplay.

L’Amigo et Bruxelles : d’une prison à un hôtel mythique est disponible aux éditions Renaissance du livre.

© Tout droit réservé

Articles recommandés pour vous