RTBFPasser au contenu

Musique - Accueil

Aux Nuits Botanique, Feu ! Chatter…tonne !

Aux Nuits Botanique, Feu ! Chatter…tonne !
30 avr. 2018 à 12:302 min
Par François Colinet

Sous le Chapiteau, le quintet français Feu ! Chatterton à répondu avec fougue à l’orage grondant en écho d’une prestation foudroyante ! A (re)voir le 25 aout aux Solidarités à Namur et 19 janvier prochain à l’Ancienne Belgique.

Rien que de l’eau, de l’eau de pluie, de l’eau de là-haut ". Les cieux semblaient écouter Véronique Sanson ce dimanche à l’heure de rallier le Chapiteau. Trempé jusqu’aux os et tout heureux d’être arrivé sans encombre, on sèche en découvrant les chansons de " Cannibale " le premier disque de Calypso Valois.

La jeune femme de 30 ans, née de l’amour entre Eli Medeiros et Jacno, avait tout pour se frayer un chemin dans le monde la chanson. C’est pourtant celui du cinéma qui lui offrira ses premières expériences artistiques avec des apparitions dans des films d’Olivier Assayas ou Michel Gondry, entre autres. La chanson elle y viendra finalement, notamment sur les encouragements de son parrain, un certain Etienne Daho.

Son single " Le jour " arrive tôt et chauffe un public déjà compact. La demoiselle et ses musiciens envoient un mélange de pop/rock et de sonorités plus électro. Le sens de la composition est affuté et sa voix est assurée. Elle est visiblement très heureuse de fêter sa toute première date en Belgique. Certains morceaux nous entrainent, d’autres nous ramènent un peu brutalement sur terre. Pour rester dans l’ambiance du soir, on est loin du coup de foudre, mais quelques éclairs, comme le joli " Vis-à-vis ", donnent envie de garder une oreille attentive à la suite de son chemin.

Aux Nuits Botanique, Feu ! Chatter…tonne !
Aux Nuits Botanique, Feu ! Chatter…tonne ! Fanny Latour Lambert

Les orages de la vie

Il a fallu un peu de patience mais elle fut largement récompensée ! Avec 15 minutes de retard sur l’horaire annoncé, l’incandescence de Feu ! Chatterton s’est abattue sur un Chapiteau complet depuis bien longtemps mais pas tout à fait plein, la pluie ayant visiblement découragé quelques spectateurs.

Des l’entame de " Ginger ", le single annonçant leur nouvel album " L’oiseleur ", d’une incroyable densité, on retrouve instantanément la frénésie qui frétille en nous dès que Arthur Teboul se met à chanter. Sa diction entre chant et déclamation, son grain plein de gravillon, son art de la métaphore, tout chez lui nous séduit depuis leur premier EP. Passé en quatre ans à peine de la Rotonde au Chapiteau, les cinq potes réussissent le pari fou de fédérer une audience toujours plus large avec une musique à la fois foisonnante, ambitieuse et exigeante, à l’opposée du " easy listening " et des arrangements minimalistes qui façonnent trop souvent les ondes.

Feu! Chatterton - Ginger

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un public qui découvre donc ce formidable nouveau disque. Comme par exemple une plage de liberté electro / funk sur cette géniale " Zone libre " ou les incantations apaisantes qui accompagnent le deuil dans " Souvenir ". Et qui exulte de retrouver l’introspection poétique du " Code Concorde ". Puis est aspiré comme sous l’effet d’une bombe assemblée par le triptyque  " A l’Aube ",  " La Mort dans la Pinède " en crescendo magistraux, avant un " Boeing " aux délicieux effluves discos.

Avec un sens fiévreux de la scène, ils mélangent rock, pop, funk, electro, chant, déclamation, dans une recette touffue et jouissive. En mixant les codes et les styles, en réinventant leur périmètre de jeu, Feu ! Chatterton fait un bien fou à la " chanson " en français. En faisant plus que jamais confiance à sa créativité et à la curiosité du public.

Un parcours passionnant et unique qui repassera par chez nous le samedi 25 aout aux Solidarités à Namur et le samedi 19 janvier à l’Ancienne Belgique, chouette !

François Colinet

Sur le même sujet

23 août 2018 à 09:57
3 min

Articles recommandés pour vous