RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Une

Autopsie de l'instruction des attentats de Paris au cœur d’un documentaire inédit

Bernard Cazeneuve, ancien premier ministre français

Au lendemain des attentats de Paris du 13 novembre 2015, l'instruction judicaire mise en place a impliqué 14 pays européens et les Etats-Unis. A travers le témoignage d'acteurs de premier plan, ce documentaire passionnant raconte, tel un thriller policier, les étapes d'une coopération diplomatique et judiciaire sans précédent !

13 novembre 2015 : anatomie d’une instruction " : un documentaire de Christophe Cotteret à ne pas manquer sur La Une le mercredi 11/05 à 20h25 (et le 15/05 à 23h50) et à revoir sur Auvio 

 Frédéric Van Leeuw - procureur fédéral de Belgique
Frédéric Van Leeuw - procureur fédéral de Belgique Veilleur de nuit

" Anatomie d’une instruction ", ce documentaire aurait pu se nommer aussi " autopsie d’une instruction" tant il est d’une précision presque chirurgicale.  

Palpitant de bout en bout, le film avance au rythme des étapes qui ont marqué l’instruction dénommée V13 (pour vendredi 13) : la mise en place de l’enquête, la découverte de l’ampleur des réseaux, les nœuds diplomatiques, puis les arrestations ou neutralisations des commanditaires.

Au commencement, il y a un chef d’Etat, François Hollande, président d’un pays frappé par des attentats terroristes sans précédent. Des années plus tard, il nous raconte cette soirée d’horreur, les heures, les jours, les mois d’enquête qui ont suivi, les contacts avec ses homologues européens, la coopération inédite mise en place au niveau internationale dans la lutte antiterroriste.

Autres protagonistes essentiels de premier plan : les juges d’instruction français et belge François Mollins et Frédéric Van Leeuw : deux hommes, deux Etats à la tête d’une enquête tentaculaire. A l’heure où l’instruction est terminée et le procès en cours, les deux hommes détaillent sans détours leur collaboration.

Des documents exclusifs

Le réalisateur a eu accès à toute une série de documents officiels secrets datant des mois qui ont précédés les attentats et déclassifiés depuis par le ministre de la défense. Il révèle ainsi les échecs du contreterrorisme d’avant 2015. Avec en filigrane ces questions essentielles : comment les terroristes avaient-ils pu échapper aux radars des services de sécurité alors que des visages et des noms figuraient pourtant déjà dans les notes des services de renseignements européens depuis 2013. Il nous montre à quel point ces terroristes étaient bien organisés et préparés depuis longtemps.  " L’Europe était pour eux un vaste terrain de jeux, ils passaient d’un pays à l’autre très facilement, ils ont utilisé à leur avantage toutes les failles européennes " affirme l’ancien coordonnateur français du renseignement.

L’Europe était un vaste terrain de jeux pour les terroristes

Mais au-delà de l’enquête après les attentats, ce documentaire interroge également l’origine de tout cela : comment ces terroristes étaient-ils nés ? Pour tenter de le comprendre, le documentaire remonte dans le temps et avec le concours de personnalités incontournables qui étaient à cette époque en première ligne de la diplomatie et du renseignement au niveau international.

Magistrats, responsables politiques et du renseignement se livrent 

De François Hollande à l’ancien directeur de la CIA en passant par des enquêteurs belges, français ou turcs : tous nous livrent en toute transparence leurs réflexions et analyses. On découvre ainsi l’interview passionnante de Ashton Carter, ancien Secrétaire américain à la défense qui parle de l’incohérence de la politique américaine en Syrie. " C’était absurde de vouloir détruire les cellules de l’Etat Islamiste en Syrie mais ne rien vouloir à faire dans la guerre civile syrienne" dit-il.

L’ancien premier français Bernard Cazeneuve pointe quant à lui, l’absence d’un système d’alerte européen et d’une coordination efficace des services européens avant novembre 2015. " On avait pourtant crée Europol et Eurojust mais personne ne jouait le jeu réellement ". Avec ces attentats on va passer dans un autre système.

Aujourd’hui, plus de 6 ans après les attentats, l’enquête V13 est terminée et le procès a démarré. Un procès monumental, résultat d’un dossier d’instruction d’un million de pages. L’enquête est terminée mais tous les interlocuteurs de ce film sont clairs sur une chose : Daesh n’est pas mort et il faut rester vigilant. "Je pense qu’il est important que les Etats-Unis et d’autres Etats européens reconnaissent que le terrorisme est le symptôme d’un problème bien plus vaste " déclare un ancien responsable américain du renseignement.

Démarrant la nuit des attentats pour s'achever au premier jour du procès, ce film est le récit d’une coopération diplomatique, judiciaire et du renseignement inédite qui a bouleversé le visage du contreterrorisme. Il permet de mieux comprendre les failles et les forces des démocraties à l'épreuve de la menace d'un jihad globalisé devenue permanente.

Produit par Veilleur de Nuit et Wrong Men en coproduction avec la RTBF et Arte France

Articles recommandés pour vous