Il y a eu le Covid-19 et maintenant l’augmentation du prix de l’énergie. Deux grosses crises pour les clubs de sport et de football qui voient leurs finances plongées dans le rouge. Face à cette crise de l’énergie, des clubs se remettent en question et tentent de faire des économies. Pour certains, des solutions ont déjà été pensées et pour d’autres, elles sont en train de se mettre en place. Petit passage en revue des idées qui permettent à certains clubs de voir leur facture énergétique diminuer.

Le Club Espoir Minerois a installé 90 panneaux photovoltaïques il y a presque dix ans.
Le Club Espoir Minerois a installé 90 panneaux photovoltaïques il y a presque dix ans.

Des panneaux photovoltaïques à Erpion

Du côté du Lac de l’Eau d’Heure, le club d’Erpion n’a pas attendu la crise pour s’équiper. Depuis plus de dix ans, 28 panneaux photovoltaïques sont placés sur la buvette.

"On a emprunté il y a dix ans et ils produisent environ 10-12.000 kWh par an, soit la moitié ou un peu plus de ce que le club consomme (20.000 kWh). Les panneaux servent aussi à chauffer une partie de l’eau pour les douches", nous explique le Président, Patrick D’Haene.

"On fait une économie de 40%, mais on est quand même à 800 euros d’électricité par mois et on n’a pas encore reçu l’indexation des prix."

Si le club est stable financièrement, la facture énergétique totale coûte actuellement 20.000 euros par an. Erpois réfléchit donc à de nouvelles solutions.

"Oui, notamment pour l’eau chaude dans les douches, on réfléchit à réinvestir dans des panneaux afin de ne plus devoir compter que sur ça. Et puis comme tout le monde, on est attentif à réduire au maximum les heures d’utilisation. Quand les entraînements sont finis, on éteint directement l’éclairage led des terrains. Et puis, on fait le tour pour vérifier que certaines lumières ou autres radiateurs ne sont pas restés allumés."

Du côté de l’Espoir Mineroi, malgré des panneaux, l’idée est de remplacer les lumières

Autre club, mais même situation dans la province de Liège du côté de l’Espoir Mineroi. Ici, ce sont 90 panneaux installés en 2013 qui produisent de l’électricité.

"On a deux compteurs", explique Joseph Gaillard, le Président du club. Ils permettent de produire 2x 10.000 kWhNotre consommation totale est de 30.000 kW, donc on arrive à économiser deux tiers de l’électricité."

Avec cette solution, le club arrive à rendre un de leur terrain autonome en énergie. Mais pour aller plus loin, le Président voudrait remplacer les lampes par du LED, ce qui n’est pas évident pour les finances. Pour les panneaux par exemple, ce sont des membres du club qui ont avancé l’argent et ont pu être remboursés grâce aux certificats verts.

"C’est un investissement de 30.000 euros, mais on a déjà récupéré plus du double. Si on a déjà épargné pas mal au niveau de la facture d’électricité sur les neuf dernières années, on travaille actuellement sur le remplacement de l’éclairage dans la cafétéria."

Malgré tout ça, l’augmentation du prix du gaz pourrait poser problème au club qui a changé sa chaudière début 2021 pour passer du mazout au… gaz.

"Pendant le covid, on a rénové l’installation avec l’aide de la commune. Au début, la solution du gaz paraissait être la meilleure solution. Mais avec la guerre en Ukraine et l’augmentation, ça va être vraiment être compliqué. A part remplacer à nouveau ma chaudière ou essayer de l’adapter, je ne vois pas d’autres solutions. Je ne sais pas mettre plus de panneaux, le toit de la cafétéria est plein. On a aussi l’idée de mettre des minuteurs afin de continuer à réduire notre consommation."

Une buvette autonome à Lustin, mais ce n’est pas suffisant

Même son de cloche du côté de Lustin où des panneaux sont installés, mais pas d’ampoules LED. Et la aussi l’idée fait son chemin.

"On a des panneaux sur la buvette, ça représente 10.000 kWh par an. Et j’ai sollicité la commune pour l’éclairage de terrain et des vestiaires afin de mettre du LED car même si le bâtiment est assez récent (2016-2017), il n’y a pas d’éclairage LED", nous explique Grégoire Vincent, le Président.

Un changement dans l’éclairage des terrains et diminuer la température de l’eau chaude à Grez-Doiceau

Dans le club de Grez-Doiceau, l’augmentation des prix pourrait être terrible.

"Pour l’instant, on est à 2000 euros de facture d’énergie par mois avec plus ou moins 200 euros d’eau, 500 de gaz et 600 euros d’électricité. Mais on n’a pas encore eu de décompte. Et j’ai peur que ça double en fin d’année. La facture énergétique représente 1/5 du budget du club", nous explique Pascal Vanden Bosch, Président du club.

Du coup, la solution trouvée, c’est de remplacer les lumières des terrains, soit 20 spots de 2000 W afin de réduire la facture d’électricité. Mais aussi de diminuer la température de l’eau chaude.

"On a remplacé l’éclairage par du LED sur un terrain et on va aussi diminuer la température de l’eau des douches. Les lampes qui seront mises, c’est un tiers en moins de ce qu’on consomme pour le moment. Pour l’eau, on va diminuer la température de la chaudière de 1° ou 2°."

Malgré cette solution qui pourra permettre des économies, si  le prix de l’énergie continue d’augmenter, cela pourrait cependant signifier la fin du club. En attendant, le Président a aussi fait la demande à la commune pour mettre des panneaux photovoltaïques.

Articles recommandés pour vous