RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Aucun train ce mardi dans 3 provinces : une première depuis l’instauration du "service minimum", liée au succès de la grève

30 mai 2022 à 07:56 - mise à jour 30 mai 2022 à 08:21Temps de lecture1 min
Par Anthony Roberfroid avec Sophie Breems

Grève générale dans les services publics ce mardi, et ça commence dès ce lundi soir 22 heures sur le rail. De premières perturbations auront lieu sur le réseau en fin de soirée et un quart des trains seulement circuleront demain (environs 1/3 des trains IC, 1/5 des trains S/L et quasiment aucun train P).

La circulation sera aussi totalement à l’arrêt dans certaines parties du pays, la SNCB annonce qu’il n’y aura aucun train dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg.

Dans ces provinces, le mouvement de grève sera suivi par un grand nombre de travailleurs, notamment du côté du gestionnaire de réseau Infrabel. Sans personnel en suffisance, impossible de faire circuler des trains comme le démontre Marianne Hiernaux, porte-parole de la SNCB : "Pour faire rouler un train, il y a trois fonctions clés pour assurer la sécurité : le conducteur, l’accompagnateur et le personnel des cabines de signalisations. Dans la situation actuelle, certaines cabines d’Infrabel seront fermées en raison du manque de personnel car la grève sera bien suivie. Il nous est donc impossible de faire circuler les trains dans ces trois provinces."

Pourtant, depuis 2018, un service minimum est d’application concernant la SNCB… Mais il souffre d’une grosse faiblesse : "Le service minimum à la SNCB n’a pas de réquisition du personnel. Les syndicats doivent annoncer leur grève 72 heures à l’avance, ensuite nous faisons un sondage auprès de notre personnel qui déclare ou non son intension de faire grève. On réalise alors un plan de transport alternatif. Dans les provinces où on a pu le faire, un transport alternatif a pu être mis en place mais cela n’a pas été possible partout".

On ne parle donc pas de "service minimum" comme le relate Pierre Lejeune, président national du CGSP Cheminot : "C’est plutôt un service garanti en fonction des agents présents. Et en fonction du nombre de travailleurs, une alternative de plans de transports peut être proposée. Dans ce cas-ci, c’est la première fois que des régions entières vont être fermées, n’auront aucune circulation ferroviaire depuis l’instauration du 'service minimum' en 2018".

Sur le même sujet

Grève du service public ce 31 mai : transports, justice, hôpitaux, écoles, de nombreux secteurs touchés

Belgique

Valérie De Bue à propos de la grève : "Il n’y a pas d’économie faite sur le dos du service public"

Politique

Articles recommandés pour vous