RTBFPasser au contenu

Exposition - Musées

Au Rijksmuseum, la Renaissance se fait tirer le portrait

Visiteuse face au "Portrait of an African Man" d'Albrecht Dürer

La dernière ambition du Rijksmuseum d'Amsterdam ? Retracer la naissance et l'évolution du portrait comme genre autonome durant la Renaissance. Pour y arriver, le musée a réuni une centaine de toiles représentant la société néerlandaise de l'époque dans toute sa diversité.

L'exposition "Remember Me" rassemble des chefs-d'œuvre de maîtres de la Renaissance. Parmi elles se trouve "Portrait d'une jeune fille" de Petrus Christus, l'un des fleurons de la collection de la Gemäldegalerie à Berlin.

Le Kunstmuseum de Bâle a, lui, prêté plusieurs toiles au Rijksmuseum dont "Le Double Portrait de Jakob Meyer zum Hasen et Dorothea Kannengießer" de Hans Holbein le Jeune, tandis que la National Gallery de Washington s'est momentanément séparée de "Portrait of a Man, possibly Jan Snoeck" de Jan Gossaert.

Maerten van Heemskerck, Self Portrait with the Colosseum, Rome, 1533, The Fitzwilliam Museum, Cambridge.
Petrus Christus, "Portret van een jonge vrouw", ca. 1470. Gemäldegalerie der Staatlichen Museen zu Berlin
Jan Jansz Mostaert, "Portrait of an African Man" (Christophle le More?), ca. 1525 - ca. 1530. Rijksmuseum

Mais les plus belles pièces de l'exposition sont le croquis "Portrait of an African Man" d'Albrecht Dürer et un portrait de Jan Jansz Mostaert. Ces deux œuvres ont la particularité d'être les deux plus anciens portraits d'hommes africains de l'histoire de l'art européen.

Si la nature délicate du portrait dessiné à la craie de Dürer explique pourquoi elles n'ont pas été mises en relation plus tôt, le commissaire d'exposition Friso Lammertse avance une autre explication. Il soutient que ces œuvres ont longtemps été méprisées en raison de la vision très eurocentrée de l'histoire de l'art.

Si "Remember Me" s'attarde sur l'identité des empereurs, aristocrates et citoyens dont les portraits sont exposés, les chercheurs savent peu de choses concernant les modèles de Dürer et de Jan Jansz Mostaert. Ce dernier a probablement représenté Christophle le More, l'un des gardes du corps de l'empereur Charles V. L'identité de l'homme dessiné par Dürer reste, elle, un mystère. 

Sur le même sujet

03 janv. 2022 à 13:17
2 min
10 sept. 2021 à 10:58
2 min

Articles recommandés pour vous