RTBFPasser au contenu

Exposition - Accueil

Au MSU Broad, une exposition retrace le (douloureux) parcours médical de Frida Kahlo

L’exposition "Kahlo sans frontières" présente pour la première fois au grand public des documents d’archives sur l’état de santé de Frida Kahlo.

Handicapée à vie après avoir contracté la poliomyélite à six ans, Frida Kahlo a fait de sa souffrance un moteur de sa création. Sa douleur, tant physique que morale, transparaît dans les 143 tableaux qu’elle a laissés derrière elle. Le musée américain MSU Broad se penche sur le rapport qu’entretenait l’artiste mexicaine avec la médecine à travers l’exposition "Kahlo sans frontières".

Cette rétrospective a été curatée par la directrice du MSU Broad, Mónica Ramírez-Montagut, Javier Roque Vázquez Juárez ainsi que Cristina Kahlo, la petite-nièce de la peintre. Elle se penche en détail sur la vie de Frida Kahlo, du comportement de son mari Diego Rivera jusqu’aux problèmes de santé dont elle a souffert toute sa vie.

En 1925, la jeune Frida, alors âgée de 18 ans, est gravement blessée dans un accident de bus. Elle souffre de multiples fractures qui l’immobilisent de nombreux mois, puis l’obligent à porter un corset orthopédique. Elle sera opérée une trentaine de fois jusqu’à sa mort en 1954, la condamnant à connaître la médecine en tant que patiente, et non scientifique comme elle en rêvait durant son enfance.

L’exposition "Kahlo sans frontières" présente pour la première fois au grand public des documents d’archives sur l’état de santé de Frida Kahlo. Parmi eux, des dossiers cliniques mais aussi des lettres que la peintre a écrites, pendant plus d’une décennie, à Leo Eloesser, un chirurgien thoracique devenu ensuite son conseiller médical de confiance. D’autres missives exposées sont adressées à son ancien amant Nickolas Muray ainsi qu’à ses sœurs et à ses amis.

Loading...

Pour Mónica Ramírez-Montagut, ces documents permettent de dépeindre Frida Kahlo sous une lumière inédite. "Je pense qu’il est important de remettre en question le mythe du validisme et la tendance à dépeindre Frida comme un personnage de film presque parfait", a-t-elle expliqué à The Art Newspaper.

Elle avait un immense système de soutien, et il est important pour nous tous de reconnaître cette communauté. Dans beaucoup de ces objets, on peut voir que les médecins de Frida étaient préoccupés par le fait qu’elle souffrait et n’avait pas d’argent.

L’artiste a d’ailleurs rendu hommage à certains d’entre eux durant sa carrière. Elle se représente, dans un fauteuil roulant, aux côtés de l’un de ses médecins dans "Autoportrait avec le portrait du Docteur Farill".

"[Dans cette exposition] nous revenons sur l’immense respect et l’estime que Frida Kahlo avait pour ses soignants, une équipe de médecins et d’infirmières qui sont aujourd’hui reconnus, ce qui leur donne la visibilité qu’ils méritent", a déclaré Mónica Ramírez-Montagut dans un communiqué.

L’exposition "Kahlo sans frontières" ("Kahlo Without Borders") est à découvrir jusqu’au 7 août prochain au musée MSU Broad, situé sur le campus de l’université d’Etat du Michigan, aux Etats-Unis.

Articles recommandés pour vous